Ecoutez Radio Sputnik
    archéologie (image de démonstration)

    Une statue du monarque «bien aimé du dieu solaire Râ» découverte au Soudan

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    3181

    Les restes d’une statue du monarque Aspelta qui gouvernait Napata, royaume antique d’Afrique, il y a quelque 2.600 ans ont été découverts par des archéologues sur le territoire du Soudan. Aspelta était considéré comme bien-aimé de Râ, le dieu solaire dans la mythologie égyptienne et créateur de l’univers.

    Une statue en ruines, âgée de 2.600 ans et portant sur elle des hiéroglyphes égyptiens gravés a été découverte dans un temple de la ville de Dangeil au Soudan. Le temple a été érigé en honneur du dieu du panthéon égyptien Amon tandis que la statue découverte représentait le monarque d'Aspelta qui gouvernait Napata, un royaume antique d'Afrique, entre —593 et —568 avant notre ère. De plus, Aspelta était nommé le bien-aimé du dieu solaire dans la mythologie égyptienne, Râ, ce qui signifiait la légitimité de son pouvoir.

    En outre, les archéologues ont découvert des statues détruites du pharaon de l'Égypte antique Taharqa et du roi nubien Senkamenisken qui régna de —640 à —620 avant notre ère à Napata, écrit la revue Live Science.

    De plus, les archéologues ont découvert huit tombes qui abritaient les restes de quelques femmes et d'au moins un enfant. À l'intérieur des sépulcres, des bijoux dont des bracelets, des colliers et des bagues ont été découverts. Tout ceci témoigne, selon des spécialistes, du fait que les corps retrouvés appartenaient à l'élite.

    Le temple, où cette découverte a été faite, a été bâti il y a au moins 2.000 ans, probablement à l'époque du royaume de Koush dont des statues avaient été également placées à l'intérieur. Le temple a fonctionné jusqu'à la fin du IIIe-début du IVe siècle lorsque le royaume de Koush a disparu.

    Lire aussi:

    Un temple égyptien recelait un véritable trésor pour les archéologues
    Une statue mystérieuse découverte lors de fouilles au Cambodge
    Cachées à la vue, ces inscriptions pourraient en dire beaucoup sur l’Égypte antique
    Tags:
    dieu, sculpture, découverte, archéologie, Soudan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik