Ecoutez Radio Sputnik
    Cancer cells

    Quelles sont les origines de cette maladie qui tue les femmes en silence?

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    14304

    Grâce à une nouvelle étude menée par une équipe de chercheurs américains, des éléments révolutionnaires concernant les origines du cancer des ovaires ont été découverts. Cette étude révèle des faits qui vont à l’encontre de ce qui a avait été établi auparavant et est censée permettre des avancées dans le traitement de ce type de cancer.

    Des chercheurs américains du Roswell Park Cancer Institute ont fait savoir que ce sont les pères qui transmettent à leurs filles la prédisposition au cancer des ovaires. Les spécialistes ont fait plusieurs expériences à lesquelles ont participé presque 3.500 femmes: des paires composées d'une grand-mère et de sa petite-fille atteinte de cette forme de cancer gynécologique.

    Selon les chercheurs, les résultats de leur étude sont en mesure de sauver de nombreuses vies. Désormais, les médecins porteront attention aux analyses des pères et des mères, ce qu'ils pratiquaient par le passé puisqu'on ne pensait pas que les femmes pouvaient hériter des risques de développer un cancer des ovaires par l'intermédiaire de leurs pères.

    Cette étude épidémiologique a permis d'établir que la prédisposition des femmes au cancer des ovaires était deux fois plus souvent héritée des grands-mères paternelles. Les pères en sont donc le vecteur: ils transmettent à leurs filles le chromosome X, qui peut provoquer la croissance de la tumeur, que l'on peut qualifier de «tueuse silencieuse» parce que, en règle générale, on ne la découvre que quand il est déjà trop tard pour faire quelque chose.

    Lire aussi:

    Ce que les médecins recommandent pour éviter de développer un cancer
    Les cancers les plus mortels et ceux dans lesquels on investit le plus
    Découverte d’un nouveau moyen de détection précoce du cancer
    Tags:
    expérience, médecine, maladie, cancer, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik