Sci-tech
URL courte
12415
S'abonner

La diminution de la quantité d'oxygène pourrait devenir un énorme problème pour les océans, avertissent les chercheurs qui ont analysé les périodes de changement climatique dans le passé.

Une étude majeure réalisée par des chercheurs de l'Université d'Otago (Nouvelle-Zélande) a mis en évidence un nouveau facteur dangereux dans le réchauffement climatique: l'épuisement de l'oxygène, relate le site Phys.org.

L'étude, qui vient d'être publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), a examiné une période du réchauffement climatique survenue il y a environ 94 millions d'années, lorsque les océans ont été désoxygénés.

Les chercheurs ont appliqué un nouvel outil révolutionnaire pour examiner comment les océans ont réagi face à ce changement climatique dans le passé. Le modèle qu'ils ont élaboré a permis à l'équipe de calculer les quantités de carbone injectées dans l'atmosphère pour déclencher chacune des deux phases de l'événement anoxique océanique (épisode de forte réduction de la concentration en dioxygène à très grande échelle dans les océans, enregistré de façon récurrente dans les sédiments au cours de l'histoire géologique de la Terre).

Les scientifiques ont utilisé une nouvelle technique, qui mesure les isotopes d'uranium naturels des sédiments anciens, ce qui pourrait servir à estimer la teneur en oxygène des océans. Ils ont appliqué cette technique aux sédiments géologiques qui étaient autrefois déposés dans l'océan et qui sont aujourd'hui préservés sur les falaises blanches du sud de l'Angleterre, ainsi qu'en Italie.

Ils ont découvert que cet événement anoxique, ou désoxygénation, était dû à des émissions élevées de CO2 et des températures plus élevées; et que lorsque les émissions de CO2 diminuaient, les océans mondiaux se rétablissaient pendant un certain temps.

Des zones de désoxygénation des océans, connues sous le nom de «zones mortes», se trouvent actuellement dans plusieurs océans, notamment dans les parties orientales des océans Pacifique, Atlantique et Indien. Les «zones mortes» se produisent parce que l'oxygène a du mal à se dissoudre dans l'eau lorsque les océans sont chauds, et que la décomposition du matériel biologique nécessite plus d'oxygène. Dans ces zones, il y a de grandes quantités de nutriments, ce qui crée de grandes quantités de matière organique, et donc davantage d'oxygène est utilisé.

Le nombre de ces «zones mortes» serait de plus de 400 depuis ces dernières années, selon des chercheurs.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
CO2, réchauffement climatique, océan, oxygène, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook