Sci-tech
URL courte
Par
7105
S'abonner

Des armes biologiques élaborées contre certains gènes pour effacer une population de la surface de Terre pourraient voir le jour, mais elles deviendraient une épée à double tranchant, a déclaré à Sputnik le biologiste russe Alexandre Markov.

Du point de vue technologique, mettre au point des armes biologiques basées sur des gènes qui permettraient d'anéantir une population ciblée serait une mission possible, a indiqué à Sputnik Alexandre Markov, docteur en biologie, chef du département de l'évolution biologique de la faculté biologique de l'Université d'État de Moscou.

Pourtant, d'après le spécialiste, les créateurs d'un tel outil feront face à plusieurs problèmes.

«Si vous voulez cibler vos ennemis, sans vous cibler, l'humanité a déjà compris comment le faire il y a longtemps. Dans le cas des gènes, il ne s'agira que de probabilités: vous contaminez 80% des ennemis et 20% des vôtres.»

Ainsi, d'après M.Markov, élaborer des armes biologiques est «tellement peu pratique et stupide qu'aucune personne dans son état normal ne s'intéressera à cette question».

«Si une telle idée venait à l'esprit d'un fou et qu'il avait plusieurs milliards de dollars à dépenser, ça serait possible techniquement», a-t-il fait remarquer.

Le biologiste a toutefois décrit le scénario d'une possible attaque génétique contre une nation.

«Vous pouvez construire des séquenceurs mobiles volants [dispositifs d'évaluation génétique, ndlr]: un appareil arrive, à savoir un robot nano ou micro volant muni d'un séquenceur, "atterrit" sur votre corps, prend des échantillons de votre ADN, fait un séquençage de votre génome puis, en fonction de la présence ou de l'absence de certains allèles, certains gènes, il vous tue ou il ne vous tue pas», a expliqué M.Markov.

Lire aussi:

Deux fois moins de nouveaux cas en 24h comparativement à la veille en France
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Pour vaincre l’islamisme, faut-il sortir de la CEDH? À droite, certains plaident pour la rupture
Tags:
robot, ADN, appareils, population, attaque, gènes, armes biologiques, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook