Ecoutez Radio Sputnik
    Des aurores bor/ales \ Petrozavodsk, en Russie

    Le mystère d’une aurore boréale en forme d’arc-en-ciel enfin expliqué

    © Sputnik . Igor Podgornyi
    Sci-tech
    URL courte
    0 42

    Une équipe de scientifiques dirigée par Liz MacDonald a trouvé une explication aux mystérieuses aurores boréales en forme d’arc-en-ciel qui apparaissent depuis 2015.

    Un nouveau phénomène a commencé à apparaître dans le ciel depuis 2015. Les Canadiens du sud du pays ont immortalisé d'étranges lumières semblables à des aurores boréales.

    Généralement, l'aurore boréale est de forme elliptique et de couleur verte (rouge ou bleu sont plus rares). Cependant, ce nouveau type d'aurore était violet et il semblait être en ligne incurvée avec un début et une fin, tout comme un arc-en-ciel. Encore plus étrange, ce phénomène peut être observé beaucoup plus loin du pôle Nord qu'une aurore normale.

    «C'est une lumière que nous pouvons observer à des milliers de kilomètres du sol», a déclaré Liz MacDonald du Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland. «Cela correspond à quelque chose qui se passe dans l'espace. Rassembler plus de données sur [le phénomène, ndlr] nous aidera à mieux comprendre son comportement et son influence sur le temps spatial.»

    Afin de recueillir des données sur ce phénomène rare, la scientifique s'est tournée vers l'Aurosaurus, un projet scientifique financé par la NASA et la Fondation nationale pour la science (NSF), qui suit les rapports sur les aurores boréales soumis par les utilisateurs.

    Cependant, selon Phys.org, il s'agissait d'un satellite de l'Agence spatiale européenne (ASE) qui passait au-dessus de la zone qui était également observée par les caméras spécialisée de l'Université de Calgary et de l'Université de Californie.

    Grâce aux données recueillies par ces deux sources, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que ces arcs-en-ciel étaient, en fait, proches des aurores normales, ne différant que par quelques détails. Les données ont montré que ce phénomène comprenait un flux rapide de particules extrêmement chaudes appelé «migration d'ions sous-auroraux», ou SAID, un phénomène connu depuis 1970.

    Ironiquement, le satellite Swarm, qui a étudié le phénomène, avait plusieurs instruments de mesure, mais pas d'appareil d'imagerie. Les scientifiques n'ont jamais vraiment regardé ce qu'ils étudient.

    «Les gens ont beaucoup étudié [ce phénomène, ndlr], mais nous ne savions pas qu'il avait une lumière visible. Maintenant, nos caméras sont suffisamment sensibles pour les détecter, et les yeux et l'intellect humain étaient essentiels pour remarquer son importance», explique Eric Donovan, un co-auteur de l'étude.

    Les scientifiques ont également déterminé que ce phénomène se produisait simultanément avec des aurores normales à des latitudes plus élevées, plus proches du pôle. Selon les scientifiques, les aurores boréales normales et ces «arcs-en-ciel» sont causés par le même processus.

    Ce phénomène céleste «peut nous aider à comprendre comment les processus chimiques et physiques dans la haute atmosphère terrestre peuvent parfois avoir des effets locaux visibles dans les parties de l'atmosphère inférieure», a déclaré Mme MacDonald. «Cela donne un bon aperçu de la façon dont le système de la Terre fonctionne dans son ensemble».

    Lire aussi:

    Terriens, regardez en l'air, avez-vous vu ces «fleuves» de gaz brûlants et lumineux?
    Une aurore boréale prise en photo depuis l’espace
    Danses des lumières venues du ciel: aurores boréales à Zapoliarié
    Tags:
    chercheurs, explications, aurores boréales, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik