Ecoutez Radio Sputnik
    souris

    Des scientifiques apprennent à manipuler des souris à distance

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    9013

    Manipuler quelqu’un à distance vous paraît surréaliste? Des scientifiques coréens ont toutefois réussi à prendre le contrôle de souris à l’aide d’un implant spécial dans leur cerveau. Cherchant à exécuter les ordres, les rongeurs manifestaient ainsi leur intérêt pour un objet bien précis ou refusaient même de manger.

    Après avoir étudié les principes du fonctionnement des cellules nerveuses des animaux, des scientifiques coréens ont réussi à obliger des souris à exécuter leurs ordres à distance, écrit la revue Nature Neuroscience.

    Pour arriver à le faire, les chercheurs ont eu recours aux méthodes de l'optogénétique, qui permet de rendre les neurones sensibles à la lumière en combinant la génétique et l'optique.

    La lumière, captée et retransmise à l'aide d'un minuscule implant placé dans la boîte crânienne des rongeurs, stimulait les zones du cerveau qui sont responsables du comportement des souris. Le comportement de rongeurs était alors manipulé depuis un ordinateur.

    Comme l'indiquent les spécialistes, ces implants permettent de contrôler non seulement le comportement des rongeurs, mais aussi leurs instincts.

    Ainsi, en exécutant les ordres, les souris prêtaient attention aux jouets placés dans leur cage, puis les ignoraient complétement. Par la suite, cette expérience a été poussée. Dans la même cage, les chercheurs ont ajouté une souris femelle et de la nourriture.

    Les signaux transmis dans le crâne du rongeur l'ont poussé à suivre le jouet, ignorant aussi bien la femelle que la nourriture.

    Lire aussi:

    Un cerveau humain dans celui d’une souris: quelles conséquences?
    Quand le chat n'est pas là les souris dansent: le souricier de la Cour UK risque son poste
    Des chercheurs israéliens apprennent à reconstituer les souvenirs des morts
    Tags:
    rongeurs, science, souris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik