Ecoutez Radio Sputnik
    A girl takes a selfie with a new Apple's iPhone X to go on sale in Russia. File photo

    Prendre des photos en permanence serait moins inoffensif qu’on ne le croit…

    © Sputnik . Alexander Vilf
    Sci-tech
    URL courte
    1120

    Si les photos nous aident à graver dans notre mémoire des souvenirs qui nous tiennent à cœur, en abuser serait bien moins inoffensif qu’il n’y paraît. Des chercheurs alertent sur un danger des réseaux sociaux et l’habitude de prendre des photos sans arrêt.

    Passer trop de temps à surfer sur les réseaux sociaux nuit à l'individu car il devient incapable de garder en mémoire des événements importants, écrit la revue Journal of Experimental Social Psychology.

    grippe
    © Sputnik . Alexander Kondratyuk
    Pour arriver à ce constat, des chercheurs ont pris deux groupes de bénévoles et les ont amenés visiter une église. Le premier groupe était invité à prendre des notes sur ce qu'ils voyaient autour d'eux tandis que le deuxième devait immortaliser leurs souvenirs en photo.

    Une semaine après cette visite, les bénévoles ont passé un test, composé de dix questions, visant à vérifier ce qu'ils avaient retenu.

    Le premier groupe a obtenu un meilleur résultat avec sept, voire dix bonnes réponses. Le deuxième groupe a lui été incapable de donner plus de six bonnes réponses.

    Ceci a permis aux spécialistes de constater que passer trop de temps sur les réseaux sociaux avait un impact négatif sur la mémoire des individus, ces derniers se retrouvant souvent incapables de retenir les bons moments de leur vie.

    Les chercheurs rappellent donc qu'il est plus utile de se concentrer sur les sentiments que l'on vit au lieu de prendre sans arrêt des photos.

    Lire aussi:

    Lutter contre la démence par des moyens naturels, c’est tout à fait possible!
    Des psychologues ont appris à prédire les divorces et les trahisons
    Voici un moyen simple et efficace pour vivre plus longtemps
    Tags:
    chercheurs, mémoire, santé, science
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik