Ecoutez Radio Sputnik
    Artificial intelligence

    Entre réalité et fiction: top-5 des postulats scientifiques démentis avec le temps

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    676

    Allant de fausses découvertes archéologiques au poids de l’âme humaine, la science a connu un nombre important de postulats qui se sont avérés faux, démentis ou remis en question avec le temps. Faut-il croire en toutes les découvertes scientifiques? Peut-on éviter de tomber dans un piège?

    Tous les jours, des dizaines d'articles de presse relaient toutes sortes de découvertes scientifiques faisant foisonner des titres aussi bien percutants qu'incisifs. En revanche, selon une étude réalisée en 2017, par des chercheurs de l'Université de Bordeaux, la moitié de ces affirmations se trouvera invalidée par de nouvelles études, sans qu'aucun média ne s'en fasse l'écho.

    Des croyances populaires aux théories aussi retentissantes qu'originales, reprenons dans cet article certains postulats qui ont été par la suite démentis ou remis en question.

    Et si les crânes de cristal mayas étaient en réalité… allemands?

    «Ils sont célèbres dans le monde entier, sont dotés de vertus ésotériques et ont été les héros de plusieurs films, dont le dernier Indiana Jones. Mythiques, mystérieux, soupçonnés parfois d'avoir été façonnés par les extraterrestres. Les 13 crânes de cristal ont fasciné les collectionneurs depuis leur apparition à la fin XIXème siècle», écrit le Figaro, rappelant le mystère de cette découverte archéologique qui ne cesse de hanter des esprits.

    Néanmoins, comme l'indique le journal, aussi beau que soit le mythe, il risque bien de s'écrouler. En effet, selon des recherches effectuées par un artisan graveur d'un village allemand, les mystérieux crânes de cristal auraient juste été fabriqués à la fin du XIXème siècle dans les environs du village allemand d'Idar-Oberstein en Rhénanie-Palatinat.

    Les autruches mettent-ils vraiment la tête dans le sable quand elles ont peur?

    L'expression «faire l'autruche» traduit le fait qu'une personne refuse de faire face à la réalité est bien connu. Elle émanerait d'une vieille croyance affirmant que l'autruche rentre sa tête dans le sable dès qu'elle se sent menacée, la réalité semble être toutefois bien différente.

    Les origines de ce postulat remontent à l'écrivain romain Pline l'Ancien. Dans son encyclopédie intitulée Histoire naturelle, il décrit comment «les animaux les plus stupides du monde» croient «se rendre invisibles en plongeant la tête dans le sable».

    Toutefois, comme l'indique le portail Futura planète, l'autruche du haut de ses deux mètres et avec des pointes de vitesse à 90 km/h, a tout intérêt à courir si elle se sent menacée plutôt qu'à enfouir sa tête dans le sable.

    Les origines de cette légende populaire viennent de différentes observations. En effet, l'autruche qui pond ses œufs sous la terre met régulièrement sa tête dans le sable en période de couvaison pour retourner ses œufs ou chasser des rongeurs. De même, lorsqu'une tempête de sable se produit, l'oiseau n'a d'autre choix que de mettre sa tête au ras du sol pour se protéger.

    Manger des pâtes est-il bon ou mauvais pour la santé?

    Ceux qui craignent pour leur ligne ont pour habitude de bannir les pâtes de leur assiette, cependant des chercheurs canadiens ont brisé ce mythe populaire en affirmant que, contrairement à ce que l'on peut penser, ce plat contribue à la perte de poids et peut être considéré comme un aliment diététique.

    Dans une recherche, dont les résultats ont été publiés par BMJ Open, des spécialistes de l'Université de Toronto et de l'hôpital Saint-Michel ont conclu à l'issue de leur expérience auprès d'un échantillon de 2.500 bénévoles, que les pâtes étaient un aliment diététique. En plus, selon les chercheurs, les pâtes ont un indice glycémique très bas, ce qui fait que, à la différence des autres aliments glucidiques, elles mettent du temps à être digérées et, donc, ne suscitent pas une montée brutale du taux de sucre dans le sang.

    Les portables seraient-ils vraiment dangereux pour la santé?

    L'utilisation de portables et leurs éventuels effets nuisibles sur la santé humaine restent aujourd'hui parmi les questions les plus discutées, faisant fleurir des hypothèses de toutes sortes. Ainsi, comme l'indique le Parisien, après avoir effectué leurs recherches, des scientifiques français ont associé l'utilisation intensive du téléphone portable et le risque accru de contracter une tumeur au cerveau.

    En revanche, les scientifiques de l'Université de Sydney ont suivi suffisamment de cas de cancers du cerveau en Australie depuis 1982 pour constater que l'usage du téléphone portable n'augmente pas le risque de développer un cancer du cerveau.

    Récemment, une autre étude, réalisée par des chercheurs américains à la demande de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) vient de confirmer ces résultats. Au cours de leur recherche, ils ont exposé des rongeurs à une radiation similaire à celle émanant des téléphones portables pendant neuf heures par jour, voire plus, pendant deux ans.

    Les résultats, publiés dans la revue The Vierge, soulignent que les rumeurs sur les dangers des portables seraient infondées.

    L'âme humaine pèserait ni plus ni moins que 21 grammes…

    Également connue sous le nom de «théorie des 21 grammes», la thèse autour du poids de l'âme a été établie par le médecin américain Duncan MacDougall en mars 1907. L'hypothèse défend l'idée qu'au moment de notre mort, nous nous délestons de notre âme et que cette dernière pèse très exactement 21 grammes.

    Comme l'indique le Guardian, Duncan MacDougall, un médecin travaillant à Haverhill, Massachusetts, avait une très forte fascination pour la mort et il a passé une partie de sa carrière dans une quête presque obsessionnelle de la preuve de l'existence de l'âme. Lorsque l'âme quitte le corps, on pourrait voir la différence de poids sur une balance. Pour prouver son hypothèse, il réalise une série d'expériences.

    Initialement, il fait des tests sur des chiens mais sur les 15 chiens euthanasiés aucun n'a perdu de poids en mourant. En revanche, lorsqu'il a examiné six humains décédés, il a trouvé ce qu'il recherchait: une perte de poids immédiate de 21,26 grammes, qui fut arrondie à 21 grammes.

    Une théorie controversée que la science d'aujourd'hui ne prend plus au sérieux. Ainsi, Natalia Bekhtereva, spécialiste russe en neurophysiologie qui a consacré une bonne partie de sa vie aux recherches, liées au cerveau humain, rejette cette hypothèse.

    «Un âme… je ne sais pas ce que c'est. Il y a même eu des tentatives de la peser. On obtient quelques petits grammes mais je n'y crois pas pour autant. Lorsqu'une personne meurt, des milliers de processus démarrent dans le corps humain. Peut-être, il maigrit tout simplement. Il est impossible de prouver que c'est justement l'âme qui vient de partir», a-t-elle ainsi affirmé.

    Comment ne pas tomber dans le panneau?

    En évoquant les sujets à sensations et les fausses informations dans le monde scientifique, la journaliste du portail Africa Check, Sarah Wild, propose quelques pistes qui pourraient être utiles pour distinguer le vrai et du faux.

    La première chose à vérifier est l'étude qui est la source du communiqué de presse ou l'article. Ensuite, pour être sûr de la fiabilité de l'information, il faudrait se renseigner sur la personnalité du spécialiste en question. Puis, il serait également utile de s'interroger sur le protocole de recherches. Le nombre de participants à l'expérience est aussi important.

    L'opinion de la communauté scientifique peut également jouer un rôle.

    Finalement, il est intéressant parfois de connaitre la source du financement de l'étude.

    «Il est toujours important de savoir qui finance la recherche et si cela crée un conflit d'intérêt, comme ce fut le cas quand Coca-Cola finance la recherche sur l'obésité au moment où les boissons sucrées augmentent le risque d'obésité», résume l'auteur.

    Lire aussi:

    Et si manger des pâtes était bon pour la ligne?
    Des scientifiques brisent le mythe sur le danger des portables
    Radio Sputnik: Les infos du 3 octobre 2017!
    Tags:
    chercheurs, portable, santé, science
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik