Ecoutez Radio Sputnik
    Groenland

    Les scientifiques s’inquiètent d’une zone «sombre» menaçant l'humanité

    © AP Photo / John McConnico
    Sci-tech
    URL courte
    11286

    Des scientifiques norvégiens ont découvert une zone «sombre» sur la calotte glaciaire au Groenland où la glace fond très rapidement. Cela a un impact sur l’augmentation du niveau de la mer et fait craindre l’inondation de vastes zones côtières à travers le monde, relate le Science Alert.

    Des scientifiques norvégiens ont découvert une zone «sombre» sur la calotte glaciaire au Groenland, formée par une couche de poussière et de suie. 

    Comme la glace fond rapidement dans cette zone, ce processus pourra avoir des répercussions sur l'augmentation du niveau de la mer en créant des risques d'inondation de vastes zones côtières partout à travers le monde, lit-on dans le Science Alert.

    Selon le journal, la longueur de la zone «sombre» est de 400 kilomètres, sa largeur maximale étant de 100 kilomètres. Des algues foncées poussent sur ce territoire, ce qui change la couleur de la glace. En conséquence, la glace perd sa capacité à refléter les rayons du soleil et ainsi fond plus rapidement.

    À son tour, l'eau contribue à la croissance des algues, à cause desquelles la zone «sombre» augmente. Ainsi est enclenché un mécanisme qui s'auto-alimente, faisant s'accélérer la fonte de la glace.

    Selon les experts, la contribution la plus importante à la réduction du volume de glace provient des suies consécutives aux feux de forêt et d'autres processus de combustion. Elles sont responsables de 73% des changements de la capacité de la surface de la glace à refléter les rayons du soleil.

     

    Lire aussi:

    Une source radioactive cachée semble faire fondre l’Antarctique oriental
    De nouveaux signes d'une catastrophe planétaire découverts
    À quand la fin? Les premiers indices d’une catastrophe globale révélés par la NASA (vidéo)
    Tags:
    glace, climat, Groenland, Norvège
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik