Sci-tech
URL courte
4191
S'abonner

En effectuant des recherches visant à connaître la cause principale de l’obésité, des chercheurs américains ont détecté une espèce bien particulière de bactéries qui contribue au développement du surpoids.

Des spécialistes américains ont découvert, dans les intestins des personnes consommant de la nourriture riche en lipides, une espèce de bactéries qui contribue selon eux au développement de l'obésité, rapporte la revue Cell Host & Microbe.

«Il y a eu très peu de recherches visant la flore bactérienne de l'intestin grêle. Nous sommes les premiers à montrer que ces bactéries gèrent le processus de digestion et d'absorption des lipides. Elles jouent un rôle important dans le développement de l'obésité et des maladies cardio-vasculaires», a expliqué le spécialiste de l'Université de Chicago, Eugene Chang.

Ainsi, selon le biologiste, les bactéries de la famille de Clostridiaceae sont des acteurs principaux dans la chaîne d'évènements qui emmènent à ce que le système intestinal commence à absorber des lipides d'une manière plus active.

Comme l'indique M.Chang, ces bactéries produisent une grande quantité d'enzymes qui décomposent les lipides et accélèrent le processus de leur absorption dans l'organisme.

Pour prouver scientifiquement leur théorie, les chercheurs ont placé des «agents d'obésité» dans le régime alimentaire de souris consommant de la nourriture grasse. Finalement, cette procédure a privé des rongeurs de l'immunité face à l'excès de calories, les faisant ainsi prendre du poids supplémentaire.

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
Togo: Sitôt construit, un barrage s'écroule… les espoirs des villageois aussi – photos
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Tags:
bactérie, santé, science, obésité, chercheurs, recherche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook