Ecoutez Radio Sputnik
    Un portable

    À utiliser avec modération: et si les portables pouvaient provoquer le cancer du cerveau

    CC0 / Pixabay / kaboompics
    Sci-tech
    URL courte
    0 31

    Le nombre de glioblastomes multiformes, la tumeur primitive du cerveau la plus agressive, a doublé au cours de ces 20 dernières années, ce qui pourrait être lié à l’utilisation abusive de la téléphonie mobile, estiment des chercheurs britanniques.

    Quel impact ont les portables sur le développement du cancer de cerveau? Si les théories contradictoires foisonnent à ce sujet, aucune réponse unanime n'a été donnée par la science. Néanmoins, la dernière recherche menée par des chercheurs britanniques remet ce sujet au goût du jour, affirmant notamment qu'au cours des 20 dernières années le nombre de glioblastomes multiformes, la tumeur primitive du cerveau la plus agressive, a doublé, écrit la revue Journal of Environmental and Public Health.

    Ainsi, après avoir analysé presque 80.000 cas de glioblastomes au Royaume-Uni, ils ont constaté que s'il y a 20 ans, environ 2,4 personnes sur 100.000 avaient été touchées par cette maladie mortelle, leur nombre atteint de nos jours 5 personnes sur 100.000.

    Selon les chercheurs, la localisation de ce type de tumeur dans la partie frontale du lobe temporal laisse supposer que «les portables et les téléphones sans fil peuvent contribuer à la propagation de tumeurs».

    «Notre recherche n'est pas consacrée aux portables, elle vise spécifiquement les tumeurs. Néanmoins, les portables semblent être la cause la plus vraisemblable de leur apparition», explique Alasdair Philips, l'un des auteurs de la recherche.

    Par ailleurs, M. Philips souligne que les glioblastomes sont assez rares et, donc, même si l'utilisation de portables augmente les risques de développement, il n'y a pas de raisons de se laisser prendre de panique.

    «Le risque que ce soit spécifiquement vous qui aurez une tumeur au cerveau est très faible. Je conseillerai tout de même d'utiliser des écouteurs si l'appel est de longue durée, mais il ne faut pas paniquer», a-t-il affirmé.

    «Les résultats obtenus illustrent le besoin d'étudier soigneusement les mécanismes qui sont à la base de cette tendance. Il ne faut pas ignorer les facteurs de risque et se concentrer uniquement sur le traitement», souligne Denis Henshaw, un autre auteur de la recherche.

    Néanmoins, les autres spécialistes estiment que cette recherche n'est pas complète et nécessite une étude plus approfondie pour confirmer cette hypothèse.

    «L'article montre des preuves de cas de développement de l'un des types de tumeurs, mais il ne prouve pas que cette croissance est liée à l'utilisation des portables. Durant cette période, l'utilisation de téléphones portables est passée de 15% à 95%, et nous n'observons pas pour autant une croissance exponentielle de glioblastomes», a insisté Lion Shahab, spécialiste en épidémiologie.

    En outre, les scientifiques considèrent que la croissance des glioblastomes est notamment liée aux changements dans le mode de vie.

    «À l'heure actuelle, l'hypothèse qui porte sur le lien entre les glioblastomes et l'utilisation des portables reste assez spéculative et ne doit pas minimiser l'impact des changements dans le mode de vie, qui baissent les facteurs de risque, notamment l'alimentation saine, la baisse de la consommation d'alcool et le refus du tabagisme», concluent-ils.

    Lire aussi:

    Des scientifiques brisent le mythe sur le danger des portables
    Un portable en prison, une arme illégale de socialisation?
    Combien de types de cancer peut-on voir dans une goutte de sang?
    Tags:
    maladie, recherche, étude, cancer, science, portable
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik