Sci-tech
URL courte
4111
S'abonner

Manger au fast food n’entraîne pas toujours un surpoids car l’absence dans l’organisme de l’hormone visfatin rend impossible l’augmentation de la quantité de tissus graisseux, estiment des biologistes danois.

L'absence dans l'organisme humain de l'hormone visfatin rend impossible l'augmentation de la quantité de tissus graisseux, affirment des spécialistes de l'Université de Copenhague dans un article publié par le portail MedicalXpress.

Pour arriver à ce constat, ces biologistes danois ont réalisé une série d'expériences sur des souris, auxquels cette hormone avait été préalablement retirée. Par la suite, les résultats ont été comparés avec un groupe de contrôle.

Au cours de l'expérience, les souris ont reçu de la nourriture équilibrée et puis leur repas a été modifié pour correspondre à une consommation régulière de pizzas et de hamburgers.

Après avoir comparé deux groupes de souris, les médecins ont établi que les rongeurs du groupe de contrôle ont pris du poids en consommant de la nourriture riche en lipides.

Un repas KFC
© Sputnik . Natalia Brusnitsina
Dans le même temps, les rongeurs privés de fast food n'ont pas pris de poids, malgré leur régime alimentaire. De plus, leur organisme contrôlait mieux le taux de glucose dans le sang.

Les auteurs de la recherche espèrent que leur étude aidera à lutter contre l'obésité et les dysfonctionnements dans le métabolisme. En revanche, ils soulignent que retirer cette hormone de l'organisme humain pourrait provoquer des conséquences nocives pour la santé.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
malbouffe, régime alimentaire, santé, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik