Sci-tech
URL courte
2150
S'abonner

Des archéologues ont découvert aux Philippines de nouveaux témoignages prouvant que les humains vivaient dans la région il y a plus de 700.000 ans, soit des centaines de milliers d'années plus tôt que ce qui était jusqu'alors estimé. Selon la revue Nature, les scientifiques ont trouvé des outils en pierre et des os d'animaux qui ont été dépecés.

Une équipe internationale de scientifiques a découvert aux Philippines de nouvelles preuves archéologiques selon lesquelles les humains vivaient dans cette région il y a quelque 709.000 ans. L'étude, publiée par la revue scientifique Nature, précise que les archéologues ont rapporté 57 outils en pierre qui se présentent notamment comme des éclats pointus. Elle fait état également de blocs de pierre ayant servi de «matière première» à ces outils.

Les fossiles découverts sur le site comprennent notamment les restes d'un stégodon (un parent de l'éléphant), d'un cerf brun des Philippines, d'une tortue d'eau douce, de lézards et d'un rhinocéros. Le squelette de ce dernier présente des signes évidents de boucherie, notamment des os brisés, ce qui laisse penser que ces hommes ont essayé de récupérer la moelle pour la manger.

Jusqu'ici, la seule trace de représentants du genre homo aux Philippines était un os trouvé dans la grotte de Callao remontant à il y a environ 67.000 ans. La nouvelle découverte indique que les hominidés se sont répandus dans l'Asie du Sud-Est des centaines de milliers d'années plus tôt que ce qui était estimé. Ils auraient pu arriver depuis la Chine et Taïwan en utilisant les courants océaniques.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Un Algérien et une Marocaine interpellés pour adultère, ils risquent jusqu’à deux ans de prison au Maroc
Tags:
hominidés, archéologues, animaux, fossiles, Taiwan, Chine, Asie du Sud-Est, Philippines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik