Ecoutez Radio Sputnik
    ISS

    Les sanctions antirusses risquent de saper le travail des astronautes américains

    CC0 / pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    9310

    Les sanctions antirusses visant un nombre de sociétés aérospatiales russes peuvent en même temps mettre en cause le travail des astronautes américains, les États-Unis risquant de connaitre des difficultés dans la livraison de marchandises à la Station spatiale internationale (ISS), met en garde le Bureau de l'inspecteur général de la Nasa.

    Actuellement, c'est la société Orbital ATK, équipée de lanceurs à deux étages Antares-230, qui est chargée de la livraison de marchandises vers l'ISS. Or, le premier étage de ses lanceurs comprend des moteurs russes RD-181, ce qui pourrait constituer à l'avenir, vu les sanctions antirusses, un obstacle pour un fonctionnement approprié de l'ISS, met en garde la Nasa.

    L'agence spatiale rappelle notamment que le Congrès américain a imposé des mesures restrictives aux activités commerciales conjointes avec un certain nombre de sociétés russes, y compris le fournisseur des RD-181, à s'avoir l'entreprise Energomach.

    L'amendement ne concerne toutefois pas les transactions qu'Orbital ATK a conclues pour la livraison de cargaisons à l'ISS, mais il restera en vigueur jusqu'en 2020.

    Ainsi, s'il n'est pas renouvelé, la livraison de marchandises américaines dans l'espace sera en difficulté, souligne la Nasa.

    Le 6 avril, le ministère américain des Finances a annoncé l'imposition de nouvelles sanctions contre la Russie, qui concernent notamment 14 sociétés dont Rosoboronexport, l'agence russe chargée des exportations d'armements.

    Lire aussi:

    La Russie réalise la première démonstration de ses moteurs-fusées réutilisables
    Comment les États-Unis contournent les sanctions antirusses
    Berlin accuse les USA de contourner les sanctions contre la Russie
    Tags:
    livraisons, sanctions antirusses, ISS, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik