Ecoutez Radio Sputnik
    Stand de la société d'état Roscosmos

    Le géant russe Roscosmos veut recouvrir la planète d’un internet très haut débit

    © Sputnik . Igor Russak
    Sci-tech
    URL courte
    8250

    Roscosmos présentera un projet de système de couverture de la Terre avec un accès à internet très haut débit, a annoncé l’agence d’État.

    «Un projet de création d'un système national de couverture de la Terre avec un accès internet haut débit et l'assurance de communications continues pour les appareils sans-pilote, pour un "internet des objets" et la transmission sécurisée des données sera présenté», est-il écrit dans un communiqué.

    La présentation aura lieu le 22 mai 2018, informe Roscosmos.

    De ce fait, il pourrait apparaître en Russie un concurrent au britannique OneWeb Satellites, un projet commun des entreprises Airbus et OneWeb, et au système O3b, supervisé par SES, ainsi qu'au Starlink qui appartient à la société Space X.

    Il s'agit d'un projet d'un système mondial de satellites d'information multifonctions (GMISS). Initialement, l'initiative de créer ce système revient à la société Russian Space Systems.

    Des dirigeants et responsables des plus grandes entreprises russes, des autorités gouvernementales de la Fédération de Russie, des organisations financières et bancaires, ainsi que des institutions de développement sont invités à cette présentation, qui sera donnée par le directeur général de Roscosmos Igor Komarov.

    Le projet russe est estimé à 299 milliards de roubles (plus de quatre milliards d'euros) pour la période s'étendant jusqu'à 2020.

    Lire aussi:

    La Russie esquisse ses plans pour l'économie numérique sur terre et en mer
    Un lanceur russe Soyouz avec quatre satellites décolle depuis Kourou (vidéo)
    Une fusée commerciale avec trois satellites lancée en Chine, pourquoi est-ce si important?
    Tags:
    planète, espace, internet des objets, Internet, Holding spatial russe Roscosmos, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik