Sci-tech
URL courte
441
S'abonner

À l’aide d’un télescope dernier-cri, une équipe internationale d’astronomes a détecté des traces d’oxygène à 13,3 milliards d’années-lumière de la Terre.

De nouvelles observations à l'aide du télescope de pointe ALMA (l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) ont permis de révéler des traces d'oxygène provenant d'une galaxie située à la distance record de 13,28 milliards d'années-lumière de la Terre, relate Science Daily. Cette galaxie a reçu le code MACS1149-JD1.

La découverte a été faite par une équipe internationale d'astronomes sous la direction du japonais Takuya Hashimoto, chercheur à l'Université Osaka Sangyo et à l'Observatoire astronomique national du Japon. Selon l'étude, les étoiles dans cette galaxie se sont formées 250 millions d'années après le big-bang. Avant cette découverte, la science ne connaissait que des astres apparus plus tard.

«J'ai été très heureux de voir les traces d'oxygènes les plus éloignées», explique M. Hashimoto.

«Nous sommes impatients de trouver de l'oxygène dans des parties encore plus éloignées de l'univers et d'élargir les horizons de la connaissance humaine», poursuit-il.
ALMA a par le passé aidé à détecter de l'oxygène à des distances record de la Terre. Ainsi, en 2016, Akio Inoue, de l'Université d'Osaka, en a découvert des traces à 13,1 années-lumière de la Terre.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Tags:
astronomie, science, oxygène, galaxie, espace
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook