Sci-tech
URL courte
270
S'abonner

Des archéologues sont parvenus à résoudre le mystère qui plane autour de la main momifiée d’un bébé, dont le corps est resté non-momifié.

Un archéologue avait découvert une main momifiée verte attachée au squelette d'un bébé non-momifié, dont les os sont si petits que l'on pourrait le prendre pour ceux d'un rat.

Après s'être penchés sur son histoire et son origine, un groupe de chercheurs sous la houlette du Dr Balázs a enfin réussi à lever le voile sur cette momie extraordinaire, relate le magazine Popular Mechanics.

D'après les chercheurs, cette main momifiée a été retrouvée lors des fouilles d'un cimetière à Nyárlőrinc, un village situé dans le sud de la Hongrie, et date d'entre les 12e et 16e siècles après J.-C.

D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que des archéologues découvrent des squelettes «verts», dont la couleur est due en premier lieu aux bijoux en cuivre et en bronze étant entrés en contact avec eux.

Après avoir analysé la structure osseuse de la main, les scientifiques ont constaté qu'elle était «très riche» en cuivre, soit des centaines de fois au-dessus de la moyenne. En effet, la main momifiée «étreint» une pièce de cuivre corrodée, qui aurait pu la préserver de la pourriture, expliquent les chercheurs.

Mettre une pièce de métal dans la main d'un défunt est une tradition ancienne servant à protéger son âme et la transporter en toute sécurité vers l'au-delà.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Tags:
bijoux, science, momie, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook