Sci-tech
URL courte
130
S'abonner

Chez les porteurs d'une version mutée du gène TTN, même de petites quantités d'alcool pourraient accélérer l'insuffisance cardiaque, selon une nouvelle étude.

Une équipe de chercheurs britanniques spécialisés en cardiologie et en génétique a découvert l'existence d'un lien entre l'insuffisance cardiaque, la consommation d'alcool et un gène responsable de la fabrication de la protéine Titine (TTN).

Selon leur étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology, les chercheurs ont étudié le gène Titine de 141 patients souffrant d'une insuffisance cardiaque liée à l'alcool. En général, 100 Britanniques sur 600.000 (0,017%) portent des mutations du gène en question, alors que parmi les personnes choisies pour l'étude ce pourcentage était de 13,5%.

«Ces résultats suggèrent que cette maladie n'est pas simplement le résultat d'un empoisonnement à l'alcool, mais s'explique par une prédisposition génétique, et que d'autres membres de la famille peuvent également être à risque», souligne le docteur James Ware, co-auteur de l'étude.

Même consommé en petites quantités, l'alcool pourrait interagir avec la version mutée de ce gène et accélérer l'insuffisance cardiaque, préviennent les auteurs de l'étude.

La découverte pourrait conduire à une meilleure prise en charge de l'insuffisance cardiaque liée à l'alcool grâce à des tests génétiques, bien que les chercheurs reconnaissent que l'alcool pourrait ne pas être le seul déclencheur de maladie du cœur chez les personnes possédant une prédisposition génétique.

Lire aussi:

Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Propos polémiques sur la police: Camélia Jordana lance un défi à Christophe Castaner
Attaqué par Le Monde, Michel Onfray rétorque que le journal a soutenu le communisme et la pédophilie
Manuel Valls appelle à «renverser la table» en France après la crise du coronavirus
Tags:
étude, insuffisance cardiaque, alcool, gènes, protéines, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook