Sci-tech
URL courte
29349
S'abonner

L’humanité est la première civilisation de l'univers à avoir atteint un haut niveau de technologie et à pouvoir l'améliorer, affirme le chercheur russe Alexander Bérézine. Or, ce développement requerra de grandes ressources et amènera à une probable élimination, intentionnelle ou pas, des éventuelles civilisations extraterrestres.

Le spécialiste en physique théorique Alexander Bérézine de l'Institut d'électronique de Moscou a proposé une nouvelle explication du paradoxe de Fermi. Selon lui, les humains sont la seule forme de vie intelligente dans l'univers, sinon ils auraient déjà été anéantis par des extraterrestres. De plus, l'humanité elle-même exterminera les civilisations extraterrestres qui pourraient apparaître dans le futur, est-il dit dans la version préliminaire de son étude.

Le paradoxe de Fermi énonce que les civilisations extraterrestres ont dû s'installer dans toute la galaxie mais que l'humanité ne réussit pas à trouver de traces de leur existence. Les scientifiques ont tenté de fournir plusieurs explications à cet état de fait: par exemple, les extraterrestres meurent avant d'être détectés, ou bien ils ne peuvent pas envoyer de signaux en raison de la gravité excessive de la planète, ou encore à cause de leur développement technologique qui s'est arrêté.

Pour le chercheur, il ne faut pas prendre considérer ces civilisations extraterrestres, qu'il qualifie de « perdantes » de cette sorte, c'est-à-dire en tentant de résoudre le paradoxe.

La seule variable qui devrait être prise compte est le «paramètre A», voire la probabilité que les civilisations extraterrestres, situées à une certaine distance de la Terre, deviennent repérables par l'homme, malgré sa nature ou son intellect, estime M.Bérézine. Comme la vie extraterrestre, si elle existe déjà, doit exploiter la galaxie en quelque 100.000 ans et être détectée par l'homme, la valeur de cette variable approche zéro.

Ainsi, vu la faible valeur de ce paramètre, le scientifique a tiré la conclusion qu'à l'heure actuelle les extraterrestres n'existent tout simplement pas, tandis que l'humanité est la première civilisation qui a atteint le niveau actuel de technologie et se développera davantage. Ensuite, puisque le développement de l'espace dans la galaxie requerra un grand nombre de ressources, leur extraction et leur utilisation détruiront ou empêcheront donc l'apparition d'autres civilisations.

Autrement dit, l'humanité devrait exterminer, intentionnellement ou pas, d'autres formes de vie dans le futur.

Par conséquent, le paradoxe de Fermi s'explique par le principe anthropique selon lequel l'humanité ne peut exister que si elle est la première civilisation technologiquement avancée, a résumé le physicien. Sinon, elle aurait été détruite il y a longtemps par des aliens qui ne sont pas forcément agressifs, mais simplement trop avancés pour nous «remarquer».

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Mobilisation contre les violences policières à Paris, en dépit de l’interdiction - vidéo
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Armement: éprouvé au combat, le canon CAESAR de Nexter a séduit la République tchèque
Tags:
intelligence, technologies, vie extraterrestre, théories, physicien, extermination, humanité, extraterrestres, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook