Sci-tech
URL courte
2170
S'abonner

Une expédition russe est partie à la recherche d’une stèle disparue de la civilisation maya au Guatemala. Selon les études des historiens, ce monument monolithe peut porter des glyphes mayas capables de révéler des détails cruciaux sur la vie des tribus de cette ancienne civilisation.

Une expédition archéologique russe est engagée au Guatemala, où elle cherche une stèle disparue de la civilisation maya.

«Nous savons que cette stèle avait déjà été trouvée, puis, elle a été enterrée de nouveau, hypothétiquement, dans la région d'El Encanto. Le texte dressé sur cette stèle peut donner beaucoup [d'informations, ndlr] pour la compréhension des circonstances [de la vie de la civilisation maya, ndlr]», a expliqué à Sputnik Galina Erchova, directrice du Centre de recherches mésoaméricaines Knorozov. 

Pour le moment, explique-t-elle, la mission est provisoirement suspendue en raison du début de la saison des pluies. Cependant, l'année prochaine, les explorations seront poursuivies.

«Toutes les découvertes des expéditions appartiennent aux scientifiques russes. Et nous les publions sur internet dès qu'un rapport est confirmé par des organisations du Guatemala ou du Mexique», a ajouté la directrice du Centre.

Le Centre de recherches a créé ses propres centres scientifiques au Mexique en 2010 et au Guatemala en 2012. 

«Depuis, différentes expéditions réalisant divers projets du centre sont en cours et seront poursuivies», relate Galina Erchova.

La dernière expédition avait été lancée dans le cadre du projet Atlas des glyphes mayas, prévu par l'éminent spécialiste de la civilisation maya Youri Knorozov.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Entre 40 et 70% de l’humanité sera infectée par le coronavirus dans l’année, alerte un chercheur de Harvard
Tags:
chercheurs, russe, expédition, archéologues, Guatemala
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook