Sci-tech
URL courte
285
S'abonner

Selon une étude, la Lune continue de s'éloigner de la Terre de 3,82 centimètres par an ce qui ralentit la Terre et rend les journées terrestres plus longues.

La journée sur Terre était longue de 18 heures il y a 1,4 milliard d’années parce que la Lune, qui influe sur la rotation de notre planète, était plus proche, affirment des chercheurs américains de l’Université du Wisconsin à Madison cités par le journal The Independent.

Selon ces scientifiques, qui ont publié leur étude dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, la Lune ne cesse de s’éloigner de la Terre, rendant nos jours encore plus longs.

«Alors que la Lune s'éloigne, la Terre ressemble à un patineur artistique qui ralentit en étirant les bras», a indiqué Stephen Meyers, professeur de géoscience à l’Université du Wisconsin et auteur de l’étude.

Pour comprendre comment la Lune affecte la rotation de la Terre, le professeur Meyers et son équipe ont reconstruit l’histoire du Système solaire en utilisant l’astrochronologie, une méthode statistique qui relie la théorie astronomique et l’observation géologique.

Tous les corps célestes faisant partie du Système solaire ont un champ gravitationnel qui affecte les corps voisins. Ces variations, dont dépend la répartition de la lumière solaire sur Terre, peuvent influer sur l’environnement terrestre.

Pour établir comment la Terre tournait, il y a plus d’un milliard d’année, le professeur Meyers a étudié des roches vieilles de 90 millions d’années. Les sédiments lui ont fourni des informations sur les cycles climatiques sur notre planète.

Selon l’étude, la Lune s’éloigne de la Terre à un rythme de 3,82 cm par an et il faudra alors attendre des centaines de millions d’années avant que les humains soient obligés de recalculer la durée de la journée terrestre.

Le professeur Meyers a ainsi pu faire des prévisions plus précises que jamais sur l’histoire de la Terre en utilisant des données géologiques et en prenant compte de la vitesse avec laquelle la Lune s’éloigne de notre planète.

Selon lui, on peut obtenir des informations sur le jeune Système solaire en étudiant la chronique géologique.

«Nous regardons son rythme pulsant, préservé dans les roches», a conclu le professeur.

Lire aussi:

Le Hamas dit avoir lancé des dizaines de roquettes vers Israël, des sirènes retentissent à Tel Aviv - images
Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Tags:
étude, Université du Wisconsin, Proceedings of the National Academy of Sciences, Stephen Meyers, Système solaire, Lune, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook