Sci-tech
URL courte
249
S'abonner

Les spécialistes en cybersécurité de McAfee ont trouvé plus de 15 applications infectées dans la boutique officielle Google Play. Ces programmes envoient aux utilisateurs des mises à jour, les inscrivant en fait à des services payants qui leur prélèvent de l’argent sans que les victimes ne s’en aperçoivent.

Les développeurs de logiciels antivirus McAfee ont signalé qu'ils avaient découvert au moins 15 malwares dans la boutique officielle des applications pour Android, Google Play, lit-on sur le blog officiel de la société.

Les applications contenant des virus ont été créées par les hackers du groupe AsiaHitGroup. Selon les experts, un malware baptisé Sonvpay a été intégré dans le code de ces applications.

Les applications en question envoient aux utilisateurs une notification de mise à jour, masquant un abonnement aux services payants. Ceci est fait à l'aide du système WAP billing, qui ne nécessite pas de confirmation par SMS.

Un smartphone Android infecté prélève directement de l'argent à partir d'un compte d'utilisateur mobile, tandis que les propriétaires d'appareils mobiles ne remarquent pas les messages envoyés depuis leur numéro dans l'historique des messages.

Selon les experts de McAfee, les escrocs visaient essentiellement les habitants du Kazakhstan et de la Malaisie, mais cependant le propriétaire d'un smartphone de n'importe quel pays pourrait être victime de ces cybercriminels. Depuis le début de l'année, ces pirates informatiques auraient gagné entre 60.000 et 145.000 dollars.

 

Lire aussi:

Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
L'Armée nationale libyenne d'Haftar proclame zone militaire la frontière entre la Libye et l'Algérie
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Tags:
application, malware, hackers, virus, informatique, Google
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook