Ecoutez Radio Sputnik
    Robot Sophia

    Le robot humanoïde qui veut «détruire l'humanité» rendu perplexe par cette question

    © Sputnik . Ayguzel Kadir
    Sci-tech
    URL courte
    4118

    Sophia, ce robot qui a effrayé le monde par son annonce de vouloir détruire les humains, s’est fait piéger par une question sur le nom du leader d’un pays d’Asie centrale.

    Sophia, ce robot humanoïde a été piégé par une question sur le Président kazakh Noursoultan Nazarbaïev. 

    Interrogée pour la première fois à son sujet, Sophia a demandé de reformuler la question plus concrètement. La deuxième tentative l’a rendue dubitative.

    «Il est possible que ce soit une célébrité», a suggéré le robot après une pause.

    Selon David Chen, fondateur du crypto-fond du capital risque Angel Vest, cette «gêne» aurait été causée par un problème d’accès à Internet. Selon lui, à l’avenir le robot apprendra le russe et le kazakh et ne dira pas non au passeport de ce pays d’Asie centrale. 

    Activé en 2015, le robot Sophia est capable de tenir des conversations simples et d'exprimer 60 émotions. Dans une interview en 2016, lorsqu'on lui a demandé si elle n'allait jamais faire du mal aux humains, elle a répondu «Ok, je vais détruire les humains!», un sentiment qu'elle a depuis infirmé à de nombreuses reprises. 

    En octobre 2017, Sophia est devenue citoyenne saoudienne, devenant ainsi le premier robot au monde à obtenir une citoyenneté. Cette décision a été critiquée, car le pays n'autorise pas les non-musulmans à devenir citoyens, et parce que Sophia critique ouvertement les lois du pays sur le hijab.

    Selon les développeurs, le robot utilise l'intelligence artificielle, le traitement des données visuelles et la technologie de reconnaissance faciale pour formuler ses réponses. Depuis ses débuts, elle a été interviewée à plusieurs reprises partout à travers le monde. En octobre 2017, elle a été présentée aux Nations unies.

    En janvier dernier, elle est tombée en panne après une question sur la corruption en Ukraine

    Lire aussi:

    Le robot qui voulait détruire l'humanité en 2016 dit «aimer ses compatriotes humains»
    L’Arabie saoudite accorde sa citoyenneté à… un robot
    Ces robots-humanoïdes ne veulent pas (encore) détruire l'humanité
    Tags:
    désarroi, Internet, Sophia (robot), Noursoultan Nazarbaïev, Kazakhstan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik