Ecoutez Radio Sputnik
    Smartphone (image d'illustration)

    Ce n’est pas une théorie du complot, votre portable vous espionne en permanence

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Sci-tech
    URL courte
    113124

    La suspicion de certaines personnes affirmant que leurs téléphones portables pourraient sans cesse garder un œil sur elles ne semble plus relever du domaine de la paranoïa. À en croire des chercheurs de l’Université de Northwestern, à Boston, même si les smartphones n’écoutent pas leurs propriétaires, effectivement ils les… surveillent.

    Après avoir mené une étude approfondie pour prouver que les smartphones écoutent leurs utilisateurs, les spécialistes de l'Université de Northwestern, à Boston, ont pu conclure que les téléphones portables ne le font pas, mais qu'au lieu de cela ils «gardent un œil» sur leurs utilisateurs en permanence, rapporte Gizmodo.

    ​Selon les chercheurs, les applications pour smartphones enregistrent toutes les séquences vidéo et prennent des captures d'écran de notre activité pour ensuite transmettre ces informations à des tiers. Ce tournage clandestin concerne même les données personnelles des utilisateurs, comme leurs codes postaux.

    Pour tirer de telles conclusions, les spécialistes ont testé 17.260 applications Android populaires, dont la plupart appartiennent à Facebook, et 8.000 qui envoient les données directement à Facebook.

    L'étude a révélé que plus de la moitié des applications analysées avaient la permission d'accéder aux caméras et aux microphones de leurs utilisateurs, prouvant ainsi qu'elles pouvaient activer leurs fonctions à tout moment lorsque l'application était ouverte.

    Lire aussi:

    Attention! Les utilisateurs d’Android sont ciblés par un nouveau virus
    Still Watching You: l'iPhone collecte vos données, voici comment vous protéger
    Silence, Zuckerberg vous écoute par le micro de votre portable
    Tags:
    espionnage, tournage, application, portable, smartphone, Boston
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik