Ecoutez Radio Sputnik
    Un scientifique

    MEPhI: le rôle des biomarqueurs dans le traitement individualisé du cancer

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    110

    La médecine personnalisée et de précision devient l'un des principaux domaines d'évolution de la science et de la pratique médicale.

    Son principal objectif consiste à déterminer quels médicaments seront efficaces pour un patient compte tenu de ses particularités génétiques et de la forme individuelle de la maladie, ainsi que pour ses parents proches.

    Avec le temps, la médecine personnalisée reposant sur l'utilisation de biomarqueurs constituera une part primordiale du travail de prévention et de soin des oncologues et permettra de réduire le risque de maladie pour les personnes du groupe à risques.

    Un biomarqueur est une caractéristique qui peut être objectivement évaluée pour identifier un processus pathologique ou physiologique dans l'organisme humain. Les biomarqueurs sont utilisés, par exemple, pour évaluer le stade d'une maladie, ou encore prédire le déroulement et le choix des soins individuels en fonction du type moléculaire de la tumeur.

    Par exemple, chez les patients atteints d'un cancer du sein ou du poumon, les tumeurs contiennent des mutations génétiques typiques. De ce fait, il est convenu dans la pratique oncologique mondiale de procéder chez ces patients à un scan ciblé du génome pour déterminer le spectre individuel des biomarqueurs afin de déterminer une thérapie ciblée.

    Il existe trois types de biomarqueurs, explique le professeur Sergueï Soutchkov, responsable de la chaire de médecine translationnelle à l'Université nationale de recherche nucléaire MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou).

    "Les biomarqueurs prédictifs prédisent les risques éventuels d'apparition de la maladie et la réaction la plus probable aux soins prévus et administrés. Les biomarqueurs pronostiques apportent des informations sur l'évolution possible de la maladie indépendamment du type de soins, autrement dit, ils déterminent le pronostic de la maladie. Les biomarqueurs diagnostiques permettent de fixer le bon diagnostic au bon moment", dit-il.

    De nombreuses études ont révélé plusieurs biomarqueurs associés aux tumeurs. Leur détermination dans un ensemble (le screening multifactoriel et le suivi) améliore la précision du diagnostic et même d'un état précancéreux, ainsi que la fiabilité du pronostic en optimisant la procédure d'identification des métastases.

    L'étude des biomarqueurs auxiliaires devient obligatoire dans les protocoles de diagnostic et de soin pour les patients atteints de cancer et dans les protocoles préventifs pour les individus du groupe à risques. Cette méthode apporte à un oncologue un outil unique d'orientation clinique et aide les patients à atteindre la plus longue durée de vie possible sans récidives.

    Dans le mille

    Les biomarqueurs peuvent significativement améliorer le diagnostic des tumeurs en facilitant au médecin la détermination des soins les plus efficaces. Ce sont les biomarqueurs qui ont donné un réel coup de pouce au développement du concept de thérapie ciblée. Les chercheurs ont pris conscience de la nécessité de créer des médicaments spéciaux et ciblés capables de s'introduire dans les maillons-clés de la pathogénèse et de les modifier.

    En 2011, la Commission américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a validé plusieurs décrets sur l'oncothérapie ciblée. Deux d'entre eux, concernant les produits crizotinib et vemurafenib, sont devenus uniques. Pour la première fois, le choix des méthodes de soin ne s'appuyait pas sur la vision subjective du médecin traitant mais sur les principes objectifs de biomarquage.

    A présent, avant de prescrire une crizotinib-thérapie, les médecins doivent procéder à un test basé sur la méthode unique de fluorescence (FISH-méthode). Ce test permet de déterminer les modifications du génome qui témoignent que ce patient précis peut et doit recevoir un certain bénéfice du traitement par crizotinib.

    "L'utilisation de la nouvelle méthode, extraordinairement fiable, pour l'express-screening des biomolécules liées au cancer a permis aux chercheurs de structurer un panel unique de biomarqueurs de stades précoces du processus tumoral (bioprédicteurs). Ce panel n'aide pas seulement à choisir une thérapie efficace pour traiter le cancer du sein, mais assure également un diagnostic sans faille de la maladie au tout début de son développement", précise Sergueï Soutchkov.

    *-*-*-*
    Des exemples de succès

    Le mélanome métastatique est une maladie dangereuse au pronostic défavorable pour la plupart des patients. C'est pourquoi la décision d'inclure dans les protocoles le vemurafenib, qui aide environ 40-60% des patients présentant ce diagnostic, a une importance unique. L'utilisation du vemurafenib a assuré pour la première fois une hausse considérable de survie à cette maladie mortelle. Cependant, le produit n'est pas actif chez certains patients qui doivent tous faire l'objet d'un examen préliminaire pour déterminer la présence d'un biomarqueur correspondant.

    Un autre exemple est lié au produit brentuximab vedotin prévu pour soigner les patients atteints du lymphome de Hodgkin. Auparavant, on avait essayé de soigner ces patients par des cellules souches autologues, mais beaucoup d'entre eux mouraient. Alors que le brentuximab, qui combine des anticorps monoclonaux ciblés avec une petite molécule artificiellement créée, constitue un puissant médicament provoquant la mort de cellules cancéreuses et empêchant leur multiplication. Dans le cadre des essais cliniques dans les cas de lymphome de Hodgkin, le taux d'effet positif atteignait 73% et pratiquement 32% des patients étaient complètement remis.

    La détection de certaines biomolécules dans le liquide séminal du patient, pour sa part, contribue considérablement à un diagnostic précoce et précis du cancer de la prostate et à l'évaluation de la gravité du processus tumoral, explique Sergueï Soutchkov.

    "A titre de comparaison, jusque-là des patients subissaient inutilement une biopsie à cause de nombreux résultats faussement positifs. On leur prescrivait une thérapie inappropriée même en cas de tumeurs bénignes qui ne nécessitaient pas d'intervention", dit-il.

    L'identification dans le sang de biomarqueurs tels que les cellules transformées isolées permet d'évaluer les risques globaux de métastase, de contrôler l'efficacité des soins et de prédire les éventuelles récidives, ainsi que de formuler un diagnostic préclinique de l'état précancéreux latent. C'est un nouveau biomarqueur très informatif et fiable pour diagnostiquer et prédire les maladies cancéreuses, capable de prédire la survie des patients atteints d'un cancer métastatique à différents stades durant le traitement.

    "Ces dernières années gagnent également en popularité les biomarqueurs de prochaine génération — la famille des micro-ARN détectés dans le plasma du sang en cas de cancer de la prostate, des poumons, du cancer de l'intestin et d'autres maladies cancéreuses. L'utilisation de ces biomarqueurs aide le médecin chimiothérapeute à déterminer la sensibilité du patient aux différents types de thérapie ciblée, y compris les tout nouveaux protocoles combinatoires. Une telle pratique n'est pour l'instant répandue que dans les cliniques américaines et européennes. Alors qu'en Russie, elle n'en est encore qu'à un état embryonnaire", note le responsable de la chaire du MEPhI.

    A la recherche d'un biomarqueur parfait

    D'après les experts, un biomarqueur parfait doit correspondre à plusieurs critères en fonction de son utilisation:

    a) il est préférable de le déterminer par des méthodes non invasives et il doit indiquer l'existence d'une tumeur avant l'apparition des premiers symptômes cliniques;

    b) il doit être sensible aux changements dans le processus tumoral même (par exemple, à la réaction à la thérapie ou à l'intervention chirurgicale);

    c) il doit facilement passer des systèmes de modèle à la pratique clinique en tant que paramètre interprété ne suscitant pas de doutes chez le médecin.

    L'introduction des biomarqueurs nécessite l'élaboration d'un processus de validation et la standardisation de la procédure de préparation des bio-échantillons grâce à des méthodes fiables de screening et l'évaluation des biomarqueurs en tant qu'acteur stratégique de la médecine personnalisée et de précision.

    Le marché des technologies liées au biomarqueurs, notamment pour les maladies cancéreuses, est en pleine expansion dans le monde. Cela est dû à la hausse du nombre de maladies cancéreuses, couplée aux succès dans le diagnostic et le traitement.

    "La recherche de nouveaux biomarqueurs est cruciale, sachant que l'ampleur de cette recherche doit être progressivement élargie pour s'attaquer également aux régions "silencieuses" (qui paraissent "non fonctionnelles" aujourd'hui) du génome. Pour cela, il faut développer la coopération entre la science académique et universitaire, d'une part, et les compagnies biopharmaceutiques et médico-diagnostiques de l'autre, en faisant participer des fonds de capital-risque et boursiers au développement des initiatives", estime Sergueï Soutchkov.

    Selon lui, tous les acteurs intéressés doivent participer à la prise de décisions ou déterminer les voies d'utilisation des résultats intermédiaires et finaux des recherches. C'est nécessaire pour élaborer des médicaments ciblés de nouvelle génération.

    Lire aussi:

    Combien de types de cancer peut-on voir dans une goutte de sang?
    Ce nouveau test sanguin capable de prédire combien de temps il vous reste à vivre
    Des nanorobots au virus Zika: les traitements ultramodernes du cancer pour les nuls
    Tags:
    recherches, traitement, cancer, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik