Ecoutez Radio Sputnik
    Océan Atlantique

    Des créatures marines sidérantes rencontrées dans l’Atlantique au large des États-Unis

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Sci-tech
    URL courte
    153

    Lors d’une mission le long du littoral sud-est des États-Unis, des membres de l’équipage du navire d’exploration océanographique de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) ont découvert des spécimens extraordinaires, à savoir un «calmar ravioli» ou bien encore un poisson-lézard hermaphrodite.

    Vous connaissez le «calmar ravioli» ou le poisson-lézard hermaphrodite? Le Daily Mail rapporte que ces deux espèces ont récemment été découvertes par des spécialistes qui longeaient le littoral sud-est des États-Unis à bord de l'Okeanos Explorer, un navire d'exploration océanographique de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

    ​Selon le média, les chercheurs ont découvert l'effrayant poisson-lézard hermaphrodite à une profondeur de 1.771 mètres. Il dispose d'organes masculins et féminins et peux atteindre une longueur de plus d'un mètre.

    ​Le «calamar ravioli» représente une autre découverte. D'après les chercheurs, cet habitant marin n'est toutefois pas étroitement lié aux calamars ou aux seiches.

    «Ils ont des ailettes, et lorsqu'ils se trouvent au fond ou sont enterrés, elles enveloppent leur corps si étroitement qu'il est difficile de les apercevoir», ont expliqué les experts cités par le Daily Mail.

    L'équipe a également croisé Mola mola, ou le poisson-lune, qui est le plus lourd des poissons osseux dont le poids peut atteindre 1.000 kg.

    Lire aussi:

    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    découverte, lézards, calmar, poisson, créature, Atlantique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik