Ecoutez Radio Sputnik
    New smartphones, iPhone 8 and iPhone 8 Plus, on sale at the GUM shopping center

    «Je n'ai jamais eu si mal que cette nuit-là»: l'iPhone brûle la main d'une fille (vidéo)

    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Sci-tech
    URL courte
    131

    Après avoir mis son iPhone en charge dans la nuit sur son lit, une Américaine âgée de 18 ans s’est réveillée envahie de douleur, l’épaule brûlée par son smartphone…

    Une résidente de Norfolk âgée de 18 ans, Raele Manning-Moore, s'est plainte que son iPhone l'a brûlé alors qu'elle dormait. Le smartphone a causé une blessure grave sur l'épaule de la jeune fille, relate la chaîne WOWK TV.

    Selon Raele Manning-Moore, l'appareil a pris feu alors qu'il était en charge. Elle aurait posé l'engin sur son lit avant de l'écraser dans son sommeil. La température du smartphone aurait alors violemment grimpée avant de brûler la jeune fille à l'épaule.

    «Je n'ai jamais eu si mal que cette nuit-là», a déclaré la victime aux journalistes.

    La jeune fille a raconté avoir ramené l'iPhone dans un centre de service Apple il y a quelques semaines et elle assure ne toujours pas avoir obtenu de réponse de la part de la société californienne. Elle a précisé que l'appareil était connecté au chargeur d'origine.

    Répondant aux questions des journalistes, un représentant d'Apple a assuré que les experts de la firme étaient toujours en cours d'investigation.

    «Je ne peux pas arrêter de pleurer quand je me souviens de cette nuit », a déclaré Maning-Moore.

    Ce n'est pas un cas isolé. Il y a quelques mois, Le Thi Xoan, une Vietnamienne de 14 ans, est décédée après avoir touché un chargeur pour iPhone défectueux dans son sommeil.

    Lire aussi:

    Il veut charger son portable et meurt électrocuté
    iPhone ralentis: la 1ère plainte déposée en Russie, plusieurs centaines envisagées
    Les nouveaux iPhone rebaptisés à la veille de leur présentation?
    Tags:
    sommeil, brûlures, iPhone, Apple, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik