Ecoutez Radio Sputnik
    Sushi

    Pas que les vers… quels dangers cachent les sushis

    © Sputnik . Dmitri Chebotayev
    Sci-tech
    URL courte
    4160

    Ces derniers temps, les sushis sont devenus plus populaires en Europe qu’ils ne le sont au Japon. Cependant, les sushis mal préparés, ainsi que des sauces d’une mauvaise qualité, peuvent présenter un grand danger pour la santé, allant des helminthes aux métaux lourds, a expliqué à Sputnik un médecin moscovite.

    La consommation de sushis, achetés dans des restaurants douteux, peut se révéler très dangereuse à bien des égards pour notre santé, selon le médecin russe Anna Pavlova, interviewée par Sputnik.

    Laboratoire gastronomique  «Et de la viande et du poisson»
    © Photo. «Et de la viande et du poisson»
    «Le principal danger réside dans la consommation de poisson cru: le risque d'attraper des parasites ou un cancer de foie monte d'un cran en cas de consommation régulière de poisson cru», souligne-t-elle.

    Les sushis classiques, poursuit-elle, ne subissent aucun traitement thermique, ce qui en fait un foyer par excellence pour des helminthes en tout genre, notamment les vers ronds et les cestodes.

    «La sauce de soja, qui accompagne presque obligatoirement la consommation de sushis, contient des quantités non-négligeables de sel concentré, ce qui pourrait causer des œdèmes et une rétention d'eau dans l'organisme. En outre, le sel concentré est susceptible de se déposer dans les articulations, ce qui peut provoquer à la longue le développement de graves maladies», note le médecin.

    En l'occurrence, elle a tenu à rappeler que deux cuillères de sauce de soja contenaient entre 1 et 1,5g sel et que la norme se situait entre 4 à 8g de sel consommé par jour.

    «La nocivité des sushis peut relever en outre des algues «nori» que l'on utilise lors de la préparation. Celles-ci contiennent une quantité élevée d'iode, un microélément dont l'équilibre est très subtil dans l'organisme», selon Mme Pavlova.

    Un rouleau de sushi contient environ 92mg iode, alors que sa consommation journalière ne devrait pas dépasser 150mg, rappelle-t-elle.

    D'après le médecin, «le taux de mercure trop élevé (deux fois plus que la norme) que peuvent contenir les sushis au thon d'une origine douteuse présente un danger supplémentaire, si bien qu'il serait recommandable d'interdire leur consommation».

    Bien que les quantités microscopiques de mercure n'ont aucun impact sur la santé d'une personne adulte, elles pourraient causer des dommages irréparables à l'organisme des enfants et en premier lieu de celui de femmes enceintes, dont le futur bébé risque d'avoir une perception et des compétences motrices perturbées.

    Lire aussi:

    Des scientifiques contestent un des mythes sur le danger du sel
    Le sel, néfaste aussi pour le cerveau
    La cause du danger du sel révélée
    Tags:
    œdème, sushi, santé, poisson
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik