Ecoutez Radio Sputnik
    bonbons

    Le culte des bonbons: quelles sucreries il vaut mieux éviter

    CC BY-SA 2.0 / Thomas Nilsson
    Sci-tech
    URL courte
    440

    Les colorants artificiels, les graisses transformées et les glucides raffinés – c'est loin d'être la liste exhaustive des diététiciens pour effrayer les amateurs du sucré, cependant en renonçant entièrement aux friandises l'homme serait privé d'une source de joie supplémentaire, affirment les experts interrogés.

    Les médecins ont expliqué comment il était possible non seulement de ne pas nuire à l'organisme, mais également de trouver des sucreries bénéfiques.

    Une bombe à base de graisses transformées

    On ne peut pas affirmer que toutes les sucreries sont néfastes, déclare Ekaterina Alexandrova, endocrinologue, diététicienne et candidate ès sciences médicales.

    «Par exemple, si un individu souffre d'un excès de poids ou de diabète, dans ce cas, évidemment, toutes les friandises à base de sucre et de fructose sont très nuisibles, mais ces personnes peuvent consommer des sucreries à base d'édulcorants naturels», dit-elle. Il s'agit notamment du sirop de topinambour et d'agave.

    «Il existe des édulcorants chimiques, ils servent également à fabriquer des friandises, et en principe ils ne seront pas néfastes du point de vue d'augmentation du niveau de sucre — ils ne sont pas non plus caloriques. Mais en soi ils ne sont pas très bons pour l'organisme humain, on ne peut certainement pas dire que ces friandises sont bénéfiques», explique Ekaterina Alexandrova.

    L'experte avertit que le plus grand nombre de substances nuisibles se trouve dans les sucreries créées spécialement pour les enfants. «Les fabricants attirent les enfants avec des colorants chimiques qui permettent de donner une couleur vive. Ce sont des dragées, des caramels de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, il y a de nombreux ingrédients inutiles qui ne sont pas naturels. C'est du sucre pur et des additifs nocifs. Sachant que les enfants les consomment de manière incontrôlée. Ce n'est pas du tout bénéfique», souligne l'experte. Et d'ajouter que les différents biscuits et gaufres n'étaient pas non plus bons à la santé parce qu'en règle générale ils sont faits à base de margarine. «C'est une bombe de glucides et de graisse à base de graisses transformées qui enfreignent significativement le métabolisme dans l'organisme», explique le médecin.

    Le culte des bonbons

    Ekaterina Alexandrova a noté également que souvent le sucré devenait un culte pour les enfants. «Pendant l'enfance nous prenons des habitudes alimentaires, par conséquent si un enfant s'habituait à ce que la consommation de sucreries soit une norme, il grandira avec cette idée», dit-elle.

    Et de souligner que si un enfant étai prédisposé à l'obésité ou au diabète, l'excès de sucre provoquerait une maladie. «Ensuite, quand il devra perdre du poids, ce sera très difficile de se réadapter et de renoncer à cette mauvaise habitude», ajoute-t-elle.

    «Je voudrais attirer l'attention des parents sur le fait qu'un enfant n'a pas du tout besoin de sucreries. Il faut les éliminer de leur champ de vision, il ne faut pas en acheter, il ne faut pas en faire un culte. Il faut en donner très peu pour ne pas provoquer un fort désagrément chez l'enfant à cause de ça», préconise l'experte.

    La diététicienne et maître de conférences à la chaire de la diététique et de la nutrition à l'Académie russe de médecine Elena Tchedia a également rappelé qu'un enfant sur cinq en Europe souffrait d'obésité, et que la Russie se rapprochait progressivement de cet indicateur. «Il faut faire très attention à la nutrition des enfants, et les sucreries sont une source supplémentaire d'énergie facilement assimilable. Si l'enfant ne peut pas dépenser toute l'énergie qu'il reçoit, alors évidemment elle est transformée en graisse», déclare l'experte. En soulignant que les habitudes gustatives devaient être inculquées dès l'enfance afin d'éviter les problèmes à l'âge adulte. «Par exemple, certains adultes mangent beaucoup en situation de stress, ces habitudes viennent souvent de l'enfance. Si un enfant est en bonne santé, il peut manger des sucreries, mais avec modération», indique-t-elle.

    Des antidépresseurs sucrés

    Elena Tchedia a également noté que les personnes âgées devaient elles aussi limiter les sucreries parce qu'avec l'âge le fond hormonal changeait, le métabolisme ralentit, l'homme dépense bien moins d'énergie. Au final, l'excès d'énergie de la nourriture se transforme en graisse.

    De son côté, Ekaterina Alexandrova ajoute que «chaque année nous devons revoir notre nutrition en réduisant l'apport en calories, notamment en réduisant les produits hautement calorifiques et avant tout le sucré, et nous devons artificiellement augmenter les dépenses d'énergie — accroître les efforts physiques, ce qui empêchera de prendre du poids malgré un changement de métabolisme».

    Sachant que l'experte n'appelle pas les personnes âgées à renoncer entièrement aux friandises. «Après tout, le sucré est un antidépresseur. Malheureusement, avec l'âge les gens deviennent plus enclins à la tristesse et même à la dépression. Dans cette situation les sucreries en quantité réduite entretiennent le moral — c'est une petite joie parmi les rares joies qui restent chez l'homme», dit-elle.

    «En règle générale, les personnes âgées aiment boire du thé avec du sucré, pour elles c'est un rituel quotidien. Quand les proches commencent à retirer cette dernière gaufre de leur bouche, c'est toujours dommage parce qu'ils privent les vieillards de joie», affirme Ekaterina Alexandrova. Et d'ajouter que si, de plus, la personne ne souffre pas de diabète ni d'un excès de poids accompagné de problèmes aux articulations, alors il ne doit pas y avoir d'interdictions. Cependant, les sucreries doivent être de qualité, naturelles.

    Les sucreries utiles et la recherche de substituts

    Elena Tchedia a expliqué que les sucreries néfastes contenant des glucides raffinés dépourvus de fibres étaient très rapidement assimilés, nécessitaient une importante quantité d'insuline et causaient des problèmes aux personnes obèses en apportant dans l'organisme un excès d'énergie se transformant en graisse. C'est pourquoi il vaut mieux consommer des sucreries naturelles — leurs glucides s'assimilent plus lentement, l'impact pour le pancréas, l'augmentation de l'insuline dans le sang, qui contribue à la synthèse de la graisse et ralentit sa désintégration.

    «Que sont les sucreries naturelles? Par exemple, il est possible de manger de la betterave, ou du sucre de betterave, il est possible de manger une pomme ou de boire le jus — les glucides de la pomme s'assimile 11 fois plus lentement qu'à partir du jus de pomme, et naturellement dans le second cas est créée une surcharge importante sur le pancréas, une grande injection d'insuline avec toutes les conséquences que cela implique», déclare-t-elle.

    Ekaterina Alexandrova est également d'accord que si un individu n'a pas de problèmes de poids ou de métabolisme, en quantités réduites les sucreries sont tout à fait acceptables. Selon l'experte, la marmelade et la pastilla à base d'ingrédients naturels ne sont pas nocifs: à base de jus, de pommes, en utilisant des épaississants naturels comme l'agar-agar. Et de poursuivre que dans la pastilla de pomme se trouve une grande quantité de vitamines, de fibres de pomme, de pectine, et c'est très utile.

    Elena Tchedia a également confirmé que la pastilla, le zéphire et la marmelade étaient meilleurs que le caramel ou les produits à base de farine, parce que ces produits contiennent de la pectine et des fibres.

    Elle explique qu'il existe une idée reçue qui n'est pas très exacte concernant le chocolat — comme quoi la consommation de chocolat noir au lieu de chocolat au lait rendait la nutrition moins calorique. «C'est quoi le chocolat? C'est de l'huile de cacao, de la graisse. Si le chocolat sucré, au lait, une partie de la graisse est remplacée par le lait, les glucides, et les glucides — 1 gramme — 4 kcal, et 1 gramme de graisse — 9 kcal, c'est pourquoi le chocolat au lait naturel est moins calorique que le chocolat noir», dit-elle.

    Ekaterina Alexandrova a noté également que le chocolat de qualité ne devait pas être forcément noir si l'individu n'a pas d'intolérance au lactose. «Mais il ne faut pas en manger par tablettes parce qu'il est très calorique. Alors que 20-30 g de chocolat par jour c'est même bénéfique», explique l'experte.

    Cette dernière a proposé des alternatives aux sucreries, par exemple des fruits secs, des noix, notamment dans le sucre, ainsi que le miel.

    Ekaterina Alexandrova a également expliqué que la plupart des personnes obèses ou atteintes de diabète étaient absolument indépendantes du sucré, du moins pas plus que tous les autres. «Il faut savoir que le diabète ne survient pas à cause d'un abus de sucreries. C'est faux. Par exemple, un individu présentant un taux élevé de sucre dit qu'il ne mange pas de sucré, mais il s'avère qu'il consomme des pommes de terre, des pâtes, des céréales cuites, or ce sont des glucides. La question ne réside pas dans les sucreries, la question réside dans la quantité totale des glucides. Un homme peut se nourrir seulement de sucreries, si génétiquement il n'est pas prédisposé au diabète, il n'en aura pas», dit-elle.

    L'experte a noté également que les différents régimes basés sur la consommation de sucreries, par exemple au chocolat, ne sont pas bénéfiques pour l'organisme à cause d'une quantité insuffisante de vitamines et de microéléments nécessaires.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Tags:
    bonbon, santé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik