Sci-tech
URL courte
4231
S'abonner

Une fusée spatiale au premier étage réutilisable pourrait prochainement voir le jour en Russie. Le centre spatial russe Khrounitchev a annoncé avoir élaboré l’avant-projet d’un lanceur de ce type.

Le Centre de production et de recherche spatiale russe Khrounitchev (fabricant des lanceurs Proton et Angara) a formulé une proposition concernant la conception d’une fusée-porteuse réutilisable, a-t-il annoncé dans un communiqué.

Selon le centre, le document a été soumis pour expertise à l’Institut central de recherches scientifiques sur les constructions mécaniques (TsNIIMach) du groupe spatial Roskosmos.

Des médias ont précédemment annoncé que le centre Khrounitchev étudiait plusieurs types de lanceurs spatiaux au premier étage récupérable. Les ingénieurs du centre ont notamment évalué les avantages et les inconvénients des modules à atterrissage vertical, doté d’ailes et d’un module utilisant des moteurs et des parachutes pour redescendre sur Terre.

Ce n’est pas le premier projet d’un lanceur réutilisable lancé en Russie. 

Tir d'une fusée russe Angara-5
Press service of Defense Ministry of Russian Federation
Le Fonds des recherches avancées (FPI), Roskosmos et le Consortium aéronautique unifié (OAK) ont mené une étude préparatoire dans le but de fabriquer une fusée légère à usages multiples. Les concepteurs s’appuyaient sur les résultats des recherches réalisées par le centre Khrounitchev au début des années 2000 et en 2011-2013 quand ce dernier travaillait sur un module réutilisable pour le lanceur Angara. A l’époque, on a considéré l’idée d’une fusée ailée comme un projet non-rentable.

Le groupe S7, propriétaire du projet de tirs spatiaux depuis une plate-forme maritime Sea Launch, a aussi évoqué la création d’un lanceur moyen réutilisable Soyouz-5SL. 

Le centre balistique russe Makeev travaille lui aussi sur un projet de lanceur réutilisable baptisé Korona.

A l’heure actuelle, seules les sociétés américaines Blue Origin et SpaceX disposent de lanceurs à étages réutilisables qui atterrissent au moyen de leurs propres moteurs. 

En avril dernier, le directeur général du groupe Roskosmos Dmitri Rogozine, qui était à l’époque vice-Premier ministre, a déclaré que la Russie ne devrait pas fabriquer de lanceurs similaires à ceux d’Elon Musk pour des raisons géographiques, mais utiliser plutôt des fusées ailées. Selon lui, SpaceX tire ses lanceurs depuis le cap Canaveral, aux États-Unis, et récupère leurs étages sur une plateforme maritime, alors que les conditions géographiques de la Russie ne sont pas favorables pour utiliser une plateforme.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Tags:
exploration de l'espace, espace, lanceur réutilisable, Soyouz-5SL, Korona (lanceur réutilisable), Sea Launch, Centre balistique Makeev (Miass), Institut central russe de recherches scientifiques sur les constructions mécaniques (TsNIIMach), Consortium aéronautique unifié (OAK), Holding spatial russe Roscosmos, Fonds des projets de recherche avancés (FPI), Centre Khrounitchev, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook