Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Des signes d’une catastrophe imminente repérés en Antarctique

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    8214

    Le monde est-il menacé par un nouveau déluge? Les résultats d’une recherche menée par des chercheurs américains font état de la fonte des glaciers de l’Antarctique considérés comme les moins vulnérables aux changements climatiques.

    Des scientifiques de l'Université de Californie à Irvine, aux États-Unis, ont constaté que les grands glaciers de l'Antarctique de l'Est perdaient significativement de leur masse. Or, théoriquement, l'eau qu’ils contiennent est suffisante pour élever le niveau des océans de cinq mètres, apprend-t-on sur le site Phys.org.

    Après avoir analysé les données obtenues à l'aide de satellites de la NASA, et ce dans le cadre de la mission GRACE (English Gravity Recovery And Climate Experiment), les chercheurs ont évalué les changements sur la calotte glaciaire et ont combiné ces résultats avec ceux de modèles climatiques prenant en compte la relation entre la vitesse d'accumulation de la glace et de sa fonte et avec les résultats de la surveillance effectuée par Operation IceBridge.

    Les glaciologues estiment donc qu'entre avril 2002 et septembre 2016, les deux plus grands glaciers ont perdu environ 18,5 milliards de tonnes d'eau gelée, ce qui équivaut à l’élévation du niveau des océans de 0,7 millimètre.

    Bien que la partie orientale de l'Antarctique soit considérée comme étant moins vulnérable aux changements climatiques que les autres, l’augmentation de la quantité de la chaleur contenue dans l'océan contribue à la fonte accélérée de la glace.

    Lire aussi:

    Les glaciers de l'Antarctique fondent de toute part
    La NASA sait l’eau de quel glacier inondera votre ville en cas de réchauffement climatique
    La cause de la fonte d’un glacier découverte, et ce n’est pas le réchauffement global
    Tags:
    mer, science, fonte des glaces, glacier, États-Unis, Antarctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik