Sci-tech
URL courte
14922
S'abonner

Des chercheurs sont convaincus que le nombre des victimes de la chaleur se multipliera en Australie, en Inde, au Japon, en Canada et en Grèce car cela entraînera une augmentation des catastrophes naturelles comme les incendies et la sécheresse.

Le nombre de personnes qui seront victimes de la chaleur dans les régions tropicales et subtropicales quintuplera d'ici à 2080, ont conclu des chercheurs de l'université Monash (Australie), relate EurekAlert.

Les scientifiques ont élaboré un modèle informatique fondé sur une estimation des rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. L'étude a également tenu compte de la capacité de l'homme à s'adapter aux conditions changeantes de l'environnement et de la densité de la population dans différents pays.

Selon le scénario le plus pessimiste, dans plusieurs villes australiennes comme Brisbane, Sydney et Melbourne, il y aura une augmentation de 471 pour cent des décès causés par les vagues de chaleur, par rapport à la période 1971-2010.

En outre, les chercheurs sont convaincus que le nombre de victimes augmentera en Inde, au Japon, en Canada et en Grèce. La situation risque d'être encore davantage compliquée par la multiplication des catastrophes naturelles concomitantes comme les incendies et la sécheresse.

En outre, les spécialistes soulignent la nécessité de respecter l'accord de Paris sur le climat, et notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050 pour freiner le réchauffement climatique et l'augmentation de la température sur la planète.

 

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
Ayant accusé son professeur Samuel Paty d’islamophobie, une élève avoue avoir menti
Tags:
chaleur, prévisions, sécheresse, environnement, science, réchauffement climatique, climat, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook