Ecoutez Radio Sputnik
    Aulos

    À quoi ressemblait la musique dans la Grèce antique? On a la réponse!

    CC BY-SA 2.0 / Larissa Kirillina / Auletist
    Sci-tech
    URL courte
    6173

    Des chercheurs ont reconstitué une chanson qui n'a pas été entendue depuis 2.000 ans, à savoir la musique du papyrus d'Oreste. La musique a récemment été interprétée par un chœur accompagné d'instruments.

    La musique dans la Grèce antique a longtemps été une énigme. Pourtant, la musique était omniprésente à cette époque, la plupart des poèmes de 750 à 350 av. J.-C. (les chansons d'Homère, de Sappho et d'autres) étant composées et interprétées comme de la musique chantée, parfois accompagnée de danses, relate Daily Mail.

    Les textes littéraires fournissent des détails abondants et très spécifiques sur les notes, les échelles, les effets et les instruments utilisés.

    La lyre était communément utilisée, de même que le populaire aulos, un instrument à deux tuyaux et à double anche joués simultanément par un seul interprète. Malgré cette richesse d'informations, le sens et le son de la musique grecque ancienne se sont révélés incroyablement insaisissables. Pour beaucoup parce que les termes et les notions trouvés dans les sources de l'époque sont compliqués et inconnus, tandis que la musique notée existe et peut être interprétée de manière fiable.

    Ce qui a pu être reconstruit dans la pratique a souvent semblé étrange et désagréable, de sorte que la musique grecque ancienne était considérée par beaucoup comme un art perdu.

    Mais les récentes découvertes ont renversé cette évaluation. Un projet de recherche sur la musique grecque ancienne sur lequel le professeur Armand D'Angour travaille depuis 2013 a généré des idées étonnantes sur la manière dont les Grecs de l'Antiquité faisaient de la musique.

    La situation a beaucoup changé parce que, ces dernières années, des auloi très bien conservés ont été reconstitués.

    Au centre de la chanson ancienne se trouvaient ses rythmes, et les rythmes de la musique en Grèce antique peuvent être dérivés des mètres de la poésie. Ceux-ci étaient strictement basés sur les durées des syllabes de mots, qui créent des motifs composés d'éléments longs et courts.

    Bien qu'il n'y ait aucune indication de tempo pour les chansons anciennes, il est souvent clair si un mètre doit être chanté rapidement ou lentement (jusqu'à l'invention des métronomes mécaniques, le tempo n'était pas fixe et variait selon les performances). Définir un tempo approprié est essentiel pour que la musique sonne correctement.

    Qu'en était-il de la mélodie et de l'harmonie? Plusieurs documents avec des annotations anciennes sur papyrus ou sur pierre sont apparus par intermittence depuis 1581, et il existe maintenant 60 fragments.

    Le premier document musical substantiel, trouvé en 1892, conserve une partie d'un chœur d'Oreste du tragédien athénien Euripide datant de 408 av. J-C.

    En 2016, Armand D'Angour a reconstitué la musique du papyrus d'Oreste pour la réalisation d'une performance chorale avec accompagnement d'un aulos, en suivant un tempo vif comme indiqué par le mètre et le contenu des mots du chœur.

    Ce chœur d'Oreste a été interprété par une chorale et un joueur d'aulos à Oxford, en juillet 2017, avec d'autres partitions anciennes reconstituées.

    Une conclusion passionnante peut être tirée, estime M.D'Angour. On dit souvent que la tradition occidentale de la musique classique commence avec le plain-chant grégorien du IXe siècle après J-C. Mais la reconstruction et l'exécution de la musique grecque ont démontré que cette musique ancienne devrait être reconnue comme la racine de la tradition musicale européenne.

    Lire aussi:

    Des chercheurs ont trouvé une langue compréhensible par tous les peuples
    Sanctions, «quelque chose de momentané. Partout il y a une sorte de crise dans l’art»
    Des robots-musiciens dotés d’une intelligence artificielle bientôt en tournée?
    Tags:
    culture, étude, histoire, antiquité, musique, Armand D'Angour, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik