Ecoutez Radio Sputnik
    Un puissant séisme fait plus de 50 morts en Indonésie

    Ces séismes susceptibles de déclencher d’autres séismes de l'autre côté de la Terre

    © REUTERS / Antara Foto
    Sci-tech
    URL courte
    0 121

    Une équipe de chercheurs américains a étudié les séismes de magnitude de 6,5 ou plus pendant 44 ans et a constaté que certains tremblements de terre étaient parfois si puissants qu'ils provoquaient d'autres tremblements de terre à l'autre bout du monde à quelques jours d’intervalle.

    De nouvelles recherches sur les données sismiques menées entre 1973 et 2016 ont montré qu'une fenêtre de trois jours tendait à suivre les grands tremblements de terre, au cours de laquelle d'autres séismes sont plus susceptibles de se produire, relate le journal The Daily Mail.

    Ainsi, la nouvelle étude des scientifiques de l'Oregon State University constate une augmentation «clairement détectable» des tremblements de terre de magnitude 5 ou plus après le premier séisme.

    En outre, ils ont découvert que des tremblements de terre d'une magnitude élevée déclenchaient souvent d'autres tremblements de terre en dehors de la «zone de riposte» dans les jours qui suivaient.

    «Les tremblements de terre font partie d'un cycle d'accumulation et de libération de stress tectonique. En tant que zones de failles proches de la fin de ce cycle sismique, des points de basculement peuvent être atteints et un déclenchement peut se produire», ont expliqué les scientifiques.

    Ils ont également constaté que ces séismes étaient plus susceptibles de se produire presque exactement de l'autre côté de la Terre, la plupart se produisant à moins de 30 degrés du point opposé au séisme initial.

    Lire aussi:

    Séisme, test nucléaire, trous dans le sol: ces réalités sismologiques peu connues
    8 séismes frappent la frontière entre l'Iran et l'Irak, Bagdad touchée
    Un séisme de magnitude 6,3 frappe l’île indonésienne de Lombok
    Tags:
    science, séisme, Oregon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik