Ecoutez Radio Sputnik
    Rwanda (image d'illustration)

    Des chercheurs ont trouvé un substitut aux médicaments oraux contre le SIDA

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    4127

    Une nouvelle méthode innovante pour lutter contre le SIDA a été proposée par des scientifiques. Ils ont développé un riz génétiquement modifié qui contient des protéines capables d’empêcher le développement des souches de VIH dans l’organisme humain.

    Une équipe internationale de scientifiques a présenté un riz génétiquement modifié capable de lutter contre le SIDA, affirment-ils. Ce riz est enrichi des mêmes protéines que contiennent des médicaments oraux destinés aux patients séropositifs, relate Phys.org. La différence la plus importante entre ces deux types de traitement réside dans le fait que les médicaments coûtent cher, quant au riz, il pourrait être cultivé plus facilement et par tout le monde.

    Les grains de riz génétiquement modifié contiennent des protéines capables de neutraliser les souches de VIH, dont les lectines qui pourront spécifiquement attraper les souches infectées et mettre fin à leurs fonctions reproductives et, ainsi, arrêter la maladie, expliquent les scientifiques.

    Après sa production et sa récolte, ce riz spécifique pourrait être utilisé en crème médicale et être appliqué sur la peau. Les protéines pourront y pénétrer et agir de l'intérieur.

    Par contre, avant de lancer ce nouveau médicament, il faut tester son efficacité et surtout s'assurer qu'il n'entraîne aucun effet secondaire pour les humains.

    Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), fin 2017, 37 millions de personnes vivaient avec le VIH, dont 26 millions sont des habitants de pays africains où l'accès aux médicaments oraux reste difficile.

    Lire aussi:

    Chine: le «riz de mer» en vente libre?
    Le moyen de bloquer le développement de 4 types de cancer mis au point
    Sanctions US: la Turquie contre-attaque
    Tags:
    VIH, sida, chercheurs, science, médicaments, riz, OMS, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik