Ecoutez Radio Sputnik
    fatigue

    Vaincre le syndrome de la fatigue chronique et retrouver la pêche, c’est possible!

    CC0 / Engin_Akyurt
    Sci-tech
    URL courte
    Nadine Gordienko
    1144

    Vous vous sentez épuisé du matin au soir et rien que l’idée d’assumer une nouvelle journée vous semble une lutte quotidienne? Ce sont les premiers signaux lancés par le corps pour avertir du développement du syndrome de la fatigue chronique. Des médecins russes expliquent à Sputnik comment retrouver la pêche et ne pas nuire à sa santé.

    Le rythme accéléré de la vie quotidienne, le stress au travail et le temps passé devant l'écran de l'ordinateur ou coincé dans un embouteillage font que le soir chacun se sent totalement épuisé. S'il est suffisant pour certains de bien dormir ou de se déconnecter de tout pendant le week-end pour retrouver la pêche, d'autres s'engouffrent encore plus dans la fatigue et la détresse. Des médecins russes expliquent au micro de Sputnik comment reconnaître les premiers signes alarmants et ne pas devenir victime du syndrome de la fatigue chronique (SFC).

    Premiers symptômes

    «Il est important de savoir distinguer la fatigue du syndrome de la fatigue chronique», explique ainsi une spécialiste en neurologie, Tatiana Goloubeva.

    Selon elle, la fatigue est liée à un surmenage psychologique ou physique. Ainsi, on peut être épuisé après avoir effectué des travaux difficiles ou nécessitants une attention particulière, après avoir fait le ménage ou voyagé. Dans ces cas-là, il suffit de se reposer pour reprendre des forces. De plus, l'individu connaît bien la cause de son état et peut expliquer à quel moment cela lui est arrivé.

    «S'il s'agit de la SFC, le malade ne peut pas se souvenir de quand et de pourquoi il est fatigué. Il ne peut pas en expliquer la cause et s'inquiète de rester dans cet état pendant longtemps», précise-t-elle.

    «Les personnes actives, responsables et accros au travail sont les premières victimes du syndrome de la fatigue chronique. Ils essaient de faire leur maximum, se mettent toute la responsabilité sur le dos et, dans la plupart de cas, réussissent dans la vie. Néanmoins, lorsque le système nerveux est victime de surmenage, la chute peut arriver à tout moment», souligne Mme Goloubeva.

    Comme l'indique la spécialiste, le premier symptôme de cette maladie réside dans une fatigue qui arrive vite, un épuisement après une journée d'études ou de travail, un état de fatigue général, un essoufflement et des palpitations au moindre effort physique.

    De plus, la personne peut ressentir des douleurs dans les muscles et dans les articulations, une baisse de concentration, une insomnie, des maux de tête, de la nervosité, de l'angoisse, des maux de gorge ainsi qu'un doublement des ganglions lymphatiques.

    Quand il faut commencer à s'inquiéter

    «Si la fatigue chronique dure plus de six mois ou bien que le traitement prescrit par un généraliste ou un néologiste pour renforcer le système nerveux ne donne aucun résultat, il faut s'adresser à un psychiatre. De même si sur fond de fatigue permanente vous ressentez une chute du morale, de l'insomnie, de l'angoisse, de l'apathie ainsi que des pensées négatives liées à la mort», ajoute une autre spécialiste en psychologie d'un centre médical moscovite, Elena Belyntseva.

    Il faut faire particulièrement attention car les symptômes faisant penser à la SFC apparaissent également lors des maladies endocriniennes comme par exemple le diabète, des maladies cardio-vasculaires, la tuberculose, la présence dans le sang de certains virus tels que le cytomégalovirus, les différentes formes d'hépatites, l'herpès, etc.

    «Dans le groupe à risque on retrouve des professions liées à une responsabilité élevée, comme par exemple agents de circulation aérienne, enseignants, conducteurs, chefs d'entreprise, personnes dont la journée de travail n'est pas réglementée ou bien celles qui partent souvent en voyage d'affaires ou passent trop de temps dans leurs bureaux avec une lumière artificielle allumée», précise Mme Belyntseva.

    Dans la plupart des cas, ce sont les personnes âgées entre 25 et 55 ans qui sont affectées par cette maladie, tandis que les personnes entre 30 et 40 ans sont les plus fragilisées.

    Selon l'experte, il y a des causes de cette maladie pour lesquelles l'individu n'est pas responsable. Ce sont par exemple les infections, une réaction immunitaire ou encore des disfonctionnement dans le système hormonal.

    En revanche, l'individu peut choisir lui-même le rythme de sa vie, son régime alimentaire, ainsi que ses activités physiques.

    «Si la SCF vient de s'installer, on peut essayer de résoudre le problème tout seul. Pour cela il faut trouver la réponse à quelques questions: combien de temps vous travaillez et est-ce que le week-end vous suffit pour vous reposer? Avez-vous des jours de repos? Quand êtes-vous parti en vacances pour la dernière fois? Est-ce que la situation dans la famille ou bien au travail est stressante? Faites-vous du sport?», conseille-t-elle.

    Quelques conseils pratiques

    D'après les spécialistes, si ce problème vient de surgir, des activités physiques et un régime alimentaire équilibré permettent de retrouver la pêche relativement vite. Si vous vous reposez peu, il est conseillé de passer ses jours de repos dehors avec sa famille ou ses amis, sortir, s'offrir un hobby qui vous rend heureux, etc.

    Si l'ambiance au travail provoque un stress permanent, il serait préférable d'en connaître les causes et si vous n'en êtes pas le seul responsable, il serait préférable de penser à un changement d'entreprise pour prendre soin de votre santé.

    En outre, il existe également quelques conseils pratiques à ne pas négliger qui permettront non seulement de combattre la fatigue chronique, mais d'améliorer votre état de santé général.

    Ainsi, il faut bien dormir la nuit pendant huit heures car c'est la nuit que l'organisme humain récupère ses forces. Ensuite, il faut sortir régulièrement pour profiter du beau temps et du soleil. Dans l'idéal, il faudrait le faire quotidiennement ou bien au moins deux-trois fois par semaine. Le soleil simule le système nerveux tandis que l'oxygène permet d'accumuler plus d'énergie.

    Il faut privilégier le jogging, faire du vélo ou encore s'inscrire dans un club sportif. L'activité physique doit être modérée et procurer du plaisir.

    Puis, apprenez à vous détendre pour évacuer le stress, renoncez aux habitudes néfastes.

    Il faut également faire attention à son régime alimentaire. Manger plutôt des légumes et es céréales le matin, tandis que le soir l'on peut s'offrir un plat riche en protéines. Dans le même temps, il faut penser à réduire la quantité de friandises, les remplaçant par des fruits.

    Essayez de réduire le temps passé devant l'écran, que ce soit celui de l'ordinateur ou de la télévision. Et enfin, n'oubliez pas de vous déconnecter de tout pendant les vacances et les jours de congé.

    Lire aussi:

    Le «syndrome de la guerre irakienne» reconnu comme une maladie
    «Le malade imaginaire est de retour!»: le Net commente les vacances imprévues de Macron
    Dix signes que le stress a pris possession de votre corps et votre cerveau…
    Tags:
    stress, maladie, science, fatigue
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik