Ecoutez Radio Sputnik
    pessimisme

    Le centre du pessimisme détecté dans le cerveau humain

    CC0 / PDPics
    Sci-tech
    URL courte
    420

    En étudiant les capacités du cerveau, des scientifiques américains ont détecté une zone particulière dans le cerveau dont la stimulation ferait d’un homme ou d’un singe un pessimiste patenté incapable de croire aux choses positives.

    Des spécialistes américains de l'Institut de technologie du Massachusetts se sont penchés sur le problème des capacités du cerveau humain, en s'intéressant tout particulièrement au processus de la formation des émotions complexes, comme, par exemple, la dépression ou le pessimisme, a relaté la revue Neuron.

    Au cours de leur étude, la spécialiste de l'Université, Ann Graybiel et ses collègues, ont découvert une zone particulière à l'intérieur du striatum qui aiderait à l'individu à analyser tous les avantages et les inconvénients d'éventuelles actions avant de prendre une décision définitive.

    «Cette zone est, parait-il, responsable des réactions, liées avec les sentiments de l'angoisse, de la dépression ou de leur combinaison. Généralement, ces déviations psychologiques sont difficilement soignables mais maintenant nous avons une chance de trouver leurs origines», a expliqué Ann Graybiel.

    Les gens qui souffrent de dépression et ou sont sujets au pessimisme sous-estiment pratiquement toujours leurs capacités ainsi que celles des autres personnes. Ceci a incité les chercheurs à penser que ces problèmes pourraient être liés à un dysfonctionnement au niveau du striatum. Ils ont vérifié leur hypothèse en observant les changements dans l'activité de cette zone du cerveau chez quelques macaques.

    Les scientifiques ont projeté sur l'écran d'un ordinateur deux lignes dont l'une signifiait la quantité de jus que l'animal obtiendrait s'il acceptait de supporter un coup lancé par un petit canon à eau posé devant l'écran. Une autre montrait la puissance de ce coup.

    Si le singe n'était pas prêt à recevoir ce coup, il pouvait appuyer sur un bouton qui cessait l'expérience mais qui diminuait considérablement la quantité de jus.
    Ayant ainsi mesuré le niveau de l'optimisme et du pessimisme parmi les singes, les scientifiques ont vérifié comment leur attitude envers le risque changeait lorsque l'on stimulait différentes chaînes dans les cellules nerveuses du striatum.

    Au fil de l'expérience, Mme Graybiel et son équipe ont trouvé des neurones dont la stimulation transformait les singes les plus courageux en pessimistes indécrottables, optant toujours pour la variante la moins risquée.
    Comme l'indiquent les chercheurs, les changements, provoqués par ces stimulations, étaient assez durables.
    Les mêmes changements influençaient le caractère de l'activité de cette partie du cerveau, la rapprochant des ondes enregistrées par les médecins lorsqu'ils examinaient des êtres humains souffrant de dépression et ou sujet à l'angoisse.

    Selon les spécialistes, les dysfonctionnements au niveau du striatum peuvent être l'une des causes essentielles du développement de ces troubles.

    Lire aussi:

    Garde la tête haute! Ces traits dont les pessimistes doivent être fiers
    Quel serait l’âge idéal pour faire des études?
    Ces mots qui savent trahir la dépression
    Tags:
    expérience, chercheurs, dépression, science, cerveau
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik