Ecoutez Radio Sputnik
    Satellite

    Les hackers pourraient détruire tous les satellites en orbite par le biais de ce bug

    © Sputnik
    Sci-tech
    URL courte
    0 143

    Le système de sécurité par satellite utilisé par des avions, des navires et des militaires est susceptible d’être touché par des bugs, qui pourraient permettre aux hackers de les contrôler, met en garde un chercheur en sécurité.

    D'après Ruben Santamarta, chercheur en sécurité d'IOActive, le système de sécurité par satellite utilisé partout dans le monde aurait des failles dont pourraient user les hackers pour l'endommager ou — en cas de satellites militaires — trahir l'emplacement exact des forces militaires dans les zones de crise, relate la chaîne BBC.

    «Les conséquences de ces failles sont choquantes», a confié M. Santamarta dans un communiqué adressé aux journalistes.

    Le plus grand groupe de dispositifs vulnérables aux attaques serait utilisé dans des avions commerciaux, a-t-il souligné.

    Il a en outre repéré des «centaines d'appareils» dans un groupe à risque auxquels on pouvait accéder à distance via Internet. Cependant, aucune des failles ne permet aux hackers d'avoir l'accès aux systèmes utilisés pour contrôler le vol, a indiqué l'expert.

    Concernant les systèmes de bord, les hackers pourraient potentiellement prendre le contrôle de récepteurs de satellite pour faciliter l'écoute des signaux ou endommager l'antenne en augmentant sa puissance, a-t-il précisé.

    Pour donner du poids à ses propos, M. Santamarta s'appuie sur ses recherches en 2014, ayant porté au grand jour d'éventuels problèmes liés aux systèmes de communication par satellite.

    Lire aussi:

    Les manœuvres d'un satellite russe provoquent une réaction nerveuse de l'Occident
    Une «patrouille spatiale» afin de protéger la Terre bientôt créée par des experts russes
    La Corée du Nord bientôt une puissance spatiale?
    Tags:
    bug informatique, satellite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik