Ecoutez Radio Sputnik
    Friedhof (Symbolbild)

    Il serait désormais possible de prédire la mort

    CC BY-SA 2.0 / Donna / Graves, Mist, Zombies...
    Sci-tech
    URL courte
    160

    Désormais, les scientifiques sont capables de prédire la mort des mouche du vinaigre quelques jours avant leur décès grâce aux traceurs moléculaires liés aux rythmes circadiens des insectes. Peut-être qu’un jour cela sera aussi possible pour les humains?

    Des scientifiques de l'Université d'Auckland ont découvert des traceurs moléculaires liés aux rythmes circadiens selon lesquels il est possible de prédire la mort des mouches du vinaigre quelques jours avant leur décès. Cet article scientifique a été publié dans la revue Scientific Reports.

    Les rythmes circadiens sont des fluctuations de l'intensité de divers processus biologiques associés aux changements du jour et de la nuit. La science savait déjà qu'un bon rythme quotidien augmente la durée de vie de l'organisme et réduit le risque de cancer, et que la violation des biorythmes, au contraire, provoque le développement de maladies liées à l'âge. En outre, au fil des ans, des changements dans les cycles veille-sommeil chez un individu surviennent.

    Les systèmes circadiens consistent en un ensemble de cellules nerveuses — oscillateurs qui interagissent. Ils forment l'horloge biologique du corps et sont synchronisés par le noyau suprachiasmatique (la zone antérieure d'hypothalamus) chez les mammifères et chez les mouches du vinaigre par un groupe d'environ 150 neurones où les principaux gènes circadiens sont exprimés. A part ces centres, il existe également des oscillateurs périphériques. Les scientifiques ne savaient pas exactement si le vieillissement était causé par des défauts de l'horloge biologique centrale ou par l'affaiblissement de la synchronisation des systèmes périphériques.

    Les chercheurs ont étudié le travail de deux gènes clés (dans le cerveau et dans les tissus périphériques) qui fournissent le travail des rythmes circadiens chez les mouches — PERIODE et TIMELESS. Des insectes âgés de 10, 30 et 50 jours ont été utilisés dans l'expérience.

    Il s'est avéré que lorsque les deux gènes présents dans le corps entier des mouches augmentaient leur activité et perdaient leur rythme, il ne restait que quatre jours avant la mort des insectes. Cette corrélation a été observée non seulement chez les animaux âgés, mais également chez les animaux relativement jeunes. La cause de l'échec était à chercher dans les systèmes périphériques où le niveau d'expression des deux gènes, au contraire, diminuait et la synchronisation s'affaiblissait.

    Lire aussi:

    Pourquoi une étude sur l'«horloge biologique» s'est-elle méritée le Nobel de médecine?
    Une nouvelle façon de prolonger la vie grâce à la nourriture désignée
    La science enterre le mythe entourant les dangers de manger le soir
    Tags:
    mouche, science, prédictions, morts, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik