Sci-tech
URL courte
242
S'abonner

Trois jours après les révélations que Google surveillait la géolocalisation de ses utilisateurs sans leur accord, la société américaine a reconnu avoir enregistré l'historique des déplacements du propriétaire d'un smartphone contre son gré, relate l’agence de presse Associated Press.

Google a modifié sur son site Web une description erronée du fonctionnement de son paramètre «Historique des emplacements», en précisant qu'il continuait de suivre les utilisateurs même si ces derniers avaient désactivé cette option, lit-on dans une publication de l'agence Associated Press.

Alors qu'auparavant, la page permettant de paramétrer l'«Historique des emplacements» indiquait que «lorsque l'historique des localisations était désactivé, les lieux que vous visitiez n'étaient plus stockés», le nouveau message explique cependant que «certains emplacements peuvent être enregistrés dans le cadre de votre activité sur d'autres services, tels que la recherche et les cartes».

Google a toutefois assuré que «ce paramètre n'affectait pas les autres services de localisation présents sur votre appareil».

Selon l'Associated Press, ce changement s'est produit jeudi à midi, donc trois jours après les publications du média à ce sujet.

Le 13 août, l'Associated Press avait écrit que malgré le fait que Google assurait à ses utilisateurs qu'ils pouvaient à tout moment désactiver l'historique des emplacements, certaines applications sur les appareils Android et les iPhone continuaient à enregistrer automatiquement ces informations sans autorisation. 

Google surveillait la géolocalisation de ses utilisateurs
© Sputnik
Google surveillait la géolocalisation de ses utilisateurs

Lire aussi:

Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
«On va te décapiter la tête»: le maire du VIIIe à Lyon menacé - photos
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Tags:
données, utilisateurs, smartphones, surveillance, informatique, Google, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook