Sci-tech
URL courte
4185
S'abonner

Bien que le risque d'attaque de requin soit souvent fortement exagéré, il existe des plages où une telle rencontre terrifiante a toutes les chances de se produire, et un département français n'a pas échappé à ce danger.

Fin juillet, les informations sur un requin de 6 mètres pêché au large de Marseille ont fait le tour des réseaux sociaux. Mais malgré sa taille exceptionnelle et sa ressemblance avec le dangereux requin blanc, l'animal s'est avéré être un requin-renard, une espèce inoffensive pour l'homme. D'ailleurs, toute inquiétude liée à la présence des squales dans les littoraux de la France métropolitaine semble être déplacée: comme l'indiquent les scientifiques cités par Science & Vie, une centaine d'espèces fréquentent les côtes de la Méditerranée et de l'Atlantique, mais «les requins de la métropole sont plus menacés que menaçants».

Néanmoins, il existe des plages où le risque d'une attaque de ces prédateurs est bien réel. Selon les données de l'International Shark Attack File (ISAF), au cours de l'année 2017, 155 interactions entre des humains et des requins ont eu lieu. Dans 88 cas, les attaques du squale n'ont pas été «provoquées» par l'homme. Cinq d'entre elles ont débouché sur une issue mortelle.

Ce sont les États-Unis qui arrivent en tête des plages où ces rencontres indésirables ont lieu. En 2017, 53 y ont été recensées, dont 31 en Floride, 10 en Caroline du Sud, six à Hawaï et deux en Californie.

En effet, dans les eaux bordant ces trois États américains, il est possible de croiser un requin-tigre, un requin-zèbre, un requin bleu, un grand requin-marteau ou un redoutable requin blanc. Au total, 1.407 cas d'attaques de requins y ont été signalés au cours de l'histoire de l'observation.

L'Australie se classe deuxième de ce triste classement. Au cours de l'année passée, 14 attaques y ont eu lieu, dont une mortelle. Le Queensland et la Nouvelle-Galles-du-Sud sont les lieux potentiels de ces dangereuses rencontres. Outre le requin blanc, ces eaux sont habitées par le requin-corail, le requin-zèbre et le requin-taureau. Le nombre total des attaques y ayant été recensées s'élève à 621 cas.

Viennent ensuite l'Afrique du Sud avec 252 cas d'attaques enregistrés au cours des années d'observation, le Brésil avec 104 cas attaques et la Nouvelle-Zélande, où 51 y ont été recensées. Au cours de l'année 2017, ces pays ont respectivement enregistré 2, 1 et 1 attaques.

Suivent la Papouasie-Nouvelle-Guinée (48 cas au total) et la Réunion (42).

D'ailleurs, au cours de l'année 2017, ce territoire français dont les eaux sont habitées par le requin-bouledogue et le requin gris de récif, a connu trois cas d'attaques, dont deux ont malheureusement été mortelles.

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Couvre-feu à 21h: le bois de Boulogne, un no man’s land – vidéo
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Tags:
plages, requins, attaque, Hawaï, Floride, Californie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Brésil, La Réunion, Australie, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook