Ecoutez Radio Sputnik
    Laboratoire

    La «marque magnétique»: invention d'un moyen efficace de diagnostic oncologique

    © Sputnik . Кирилл Каллиников
    Sci-tech
    URL courte
    Technologies Made in Russia (139)
    150

    Un groupe international de chercheurs, avec la participation de l'Université nationale de science et de technologie MISiS, a mis au point un système permettant d'accroître la précision du diagnostic non invasif de cellules malignes. Cette nouvelle invention offre des possibilités supplémentaires pour les manipulations thérapeutiques.

    Les médecins procédant au diagnostic non invasif sont souvent confrontés à une précision (contraste) insuffisante de l'image de l'objet. C'est pourquoi des substances de contraste sont utilisées en imagerie par résonance magnétique (IRM) — des composés injectés dans l'organisme avant l'examen.

    Ils renforcent la réponse des cellules touchées en les rendant plus visibles en IRM. Parmi de telles substances — des particules de gadolinium paramagnétiques et les particules de fer superparamagnétiques.

    Cependant, même à de faibles quantités les produits étrangers à l'organisme humain risquent de représenter un danger potentiel. Il est possible de régler ce problème grâce au système d'injection à base de magnétoferritine mis au point par le collectif international de chercheurs de la MISiS et d'établissements allemands (université de Duisbourg et Essen, université technique de Munich, université d'Oldenbourg).

    La magnétoferritine est composée d'une protéine humaine endogène (ferritine) et d'un noyau de fer. Elle est biocompatible et hypoallergène.

    Les scientifiques suggèrent une introduction par intraveineuse de la magnétoferritine. En se propageant avec le flux sanguin elle sera capturée par les cellules-cibles.

    «Un grand nombre de travaux ont montré que ces cellules tumorales attrapaient activement la transferrine, la protéine responsable pour le transport de fer dans le sang. Les mêmes récepteurs sont capables de capturer la magnétoferritine. En se retrouvant dans les lysosomes des cellules-cibles, la magnétoferritine amplifiera le signal», explique Ulf Wiedwald, professeur invité du laboratoire de nanomatériaux biomédicaux de la MISiS.

    La «marque magnétique» permettra non seulement d'accroître significativement la qualité du diagnostic optique et par IRM, mais également de procéder à la thérapie. Ainsi, en déterminant une pathologie il sera possible d'agir sur les amas de cellules touchées par la lumière ou le champ électromagnétique. Cela conduira au réchauffement et à la mort de cellules malignes.

    Le domaine de recherche «Matériaux et technologies pour augmenter la durée et la qualité de la vie» est l'une des unités stratégiques de développement de l'université. L'article sur ce travail a été publié dans la revue Advanced Functional Materials.

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (139)

    Lire aussi:

    L'IRM permettra de diagnostiquer, mais aussi de soigner le cancer
    Une substance capable «d’endormir» les cellules cancéreuses inventée
    Produire du sang en laboratoire, c’est désormais possible!
    Tags:
    cancer, diagnostic, santé, Université nationale de technologie et de recherche (MISIS), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik