Ecoutez Radio Sputnik
    évolution

    Et si l’Homme était «une erreur de la nature»?

    CC0 / RyanMcGuire
    Sci-tech
    URL courte
    6812

    Selon des généticiens belges, l’Homo sapiens est apparu en résultat d’un dysfonctionnement génétique qui a provoqué un développement rapide de son cortex cérébral.

    Afin de résoudre le mystère de la croissance du cerveau humain, le professeur Pierre Vanderhaeghenat de l'Institut flamand de biotechnologie en Belgique, est parti à la recherche des gènes, comme le rapporte Phys.org.

    Dans le cadre de son travail, il est arrivé à la conclusion que l'apparition d'un homme venait d'un dysfonctionnement génétique accidentel. Il a découvert qu'il y avait eu une forte mutation de l'ADN des australopithèques et que le gène NOTCH2NL était apparu. Ce gène provoqua un développement rapide du cortex cérébral, soit une augmentation de son volume. C'est la partie de notre cerveau qui est responsable du langage, de l'imagination et de nos capacités à résoudre des problèmes. Des scientifiques de l'Université de Californie à Santa Cruz ont également identifié les gènes NOTCH2NL dans l'ADN des cousins disparus de l'Homo sapiens, les Néandertaliens et les Denisovans.

    «Les gènes NOTCH2NL ne sont pas présents que chez l'homme aujourd'hui. Ils étaient également présents dans l'ADN néandertalien, mais pas chez les chimpanzés», a déclaré le professeur Vanderhaeghen.

    Les spécialistes disent que cela s'est produit il y a environ 3,5 millions d'années, ce qui n'est pas beaucoup à l'échelle de l'évolution. C'est pour cette raison que ces gènes fonctionnent parfois mal, ce qui se manifeste par des cas de schizophrénie, d'autisme ou d'autres maladies psychologiques qui n'affectent pas les animaux.

    Lire aussi:

    Les chercheurs découvrent le gène qui nous a rendu humains
    Les Néandertaliens et les gens du XXIe siècle, les scientifiques révèlent la différence
    Des scientifiques vont «ressusciter» le cerveau de Néandertal dans les mois à venir
    Tags:
    science, évolution, ADN, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik