Ecoutez Radio Sputnik
    Météore / image d'illustration

    La chute fulgurante d’une grande boule de feu au-dessus de l’Australie filmée

    © AP Photo / Paul White
    Sci-tech
    URL courte
    3180

    Une grande boule de feu a survolé le ciel et s’est dispersée dans l’obscurité, laissant perplexes les habitants d’une ville australienne. Certains ont cru que c’était un ovni, d’autres que c’était un avion sur le point de s’écraser. Mais cet objet s’est avéré être un grand météore, dont les fragments sont désormais recherchés par les locaux.

    Des dizaines de personnes ont été témoins de la chute d'un météore dans une banlieue de la ville australienne de Perth dans la soirée du 29 août, selon des médias locaux.

    Les témoins ont déclaré à The Perth Observatory avoir observé «une grande boule de feu». Les avis sur l'origine de cet objet ont été divisés: plusieurs ont supposé qu'il s'agissait d'un ovni ou d'un aéronef en flammes.

     

     

    Cependant, le professeur Phil Bland, directeur du Desert Fireball Network, a estimé qu'il s'agissait d'un grand corps céleste, plus précisément d'un météore.

    D'après le professeur, ce météore peut se trouver à une distance de 100 km de l'endroit où il avait été observé, et qu'il fallait le retrouver.

    «Il était exceptionnellement lumineux et ça doit vraiment être un très grand objet, c'est vraiment excitant», a-t-il déclaré, cité par des médias locaux.

    Et de poursuivre:

    «Il doit avoir une couverture noire, il est lourd et est différent de la plupart des pierres et minéraux terrestres.»

    Plusieurs personnes sont déjà parties à la recherche des fragments du météore.

    Lire aussi:

    L’Iran affirme avoir neutralisé une série de cyberattaques US et raille l’armée américaine
    Feu vert de Trump pour des cyberattaques contre les systèmes de contrôle de missiles iraniens?
    Trump dit quel message il voit dans la destruction du drone US par Téhéran
    Tags:
    chute, météore, étoile, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik