Ecoutez Radio Sputnik
    Un navire spatial

    Et si des planètes-océans abritaient des formes de vie?

    CC0 / tombud
    Sci-tech
    URL courte
    290

    La plupart des planètes-océans, des planètes intégralement recouvertes d’eau ou d’autres composants volatils, pourraient rester habitables pendant des milliards d’années, affirment des spécialistes américains.

    Des spécialistes américains de l'Université de Chicago se sont penchés sur l'éventualité que des planètes-océans puissent abriter la vie, relate la revue Astrophysical Journal. Pour creuser le problème, Edwin Kite et son collègue ont fabriqué sur ordinateur un modèle de planète composée d'eau et dont les caractéristiques peuvent être modifiées.

    Après avoir analysé les informations obtenues, ils en ont conclu que pour abriter la vie, la planète ne devait pas nécessairement être une copie conforme de la Terre, de ses océans et de ses continents.

    «En moyenne, environ 10% des planètes-océans auraient une orbite idéale pour que leur climat reste stable pendant quelques milliards d'années», peut-on ainsi lire.

    Au cours de ces dernières années, les télescopes ont découvert plus de mille exoplanètes dont la plupart serait des super-terres, des exoplanètes ayant une masse comprise entre celle de la Terre et celle d'une planète géante, avec une limite supérieure à dix fois la masse de la Terre.

    Selon des planétologues, ces exoplanètes en question sont des planètes-océans, une variété hypothétique de planète intégralement recouverte d'eau ou d'autres composés volatils, d'une profondeur variable, pouvant parfois aller jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres.

    Lire aussi:

    Cache-cache à l’échelle planétaire: 20 planètes potentiellement habitables découvertes
    Un scientifique indique ce qui pourrait trahir la présence des extraterrestres
    «Graal Sacré» de la NASA: les astronomes désignent une planète pouvant abriter des aliens
    Tags:
    planète, eau, vie, espace
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik