Ecoutez Radio Sputnik
    femmes

    Vivre 150 ans et régénérer les organes «pour le prix d'un café», possible d’ici 2020?

    CC0 / Pixabay / cherilholt
    Sci-tech
    URL courte
    61813

    D’ici 2020, un nouveau traitement anti-âge pourrait permettre aux humains de vivre jusqu'à 150 ans et de régénérer les organes en reprogrammant leurs cellules, le tout «pour le prix d'un café par jour», lit-on dans le quotidien britannique The Daily Mail.

    Le professeur de l'Université Harvard David Sinclair et des chercheurs de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie ont mis au point un nouveau procédé qui implique la reprogrammation des cellules, relate le quotidien britannique The Daily Mail.

    M.Sinclair a notamment déclaré que cette technique pourrait régénérer les organes et même permettre aux personnes souffrant de paralysie de se déplacer à nouveau, des essais sur les humains devant avoir lieu dans deux ans.

    Les chercheurs ont également constaté qu'ils pouvaient augmenter de 10 % la durée de vie des souris soumises aux tests, en leur donnant une pilule à base de vitamine B qui a en outre entraîné une réduction de la perte des poils liée  au vieillissement.

    M.Sinclair espère que la pilule miracle sera mise à la disposition du grand public d'ici cinq ans, pour le même prix qu'une tasse de café.

    Cette nouvelle technique anti-âge implique la molécule nicotinamide adénine dinucléotide (NAD), qui joue un rôle dans la génération d'énergie par le corps humain.

    Le produit chimique est déjà utilisé en tant que complément pour traiter la maladie de Parkinson et lutter contre les effets néfastes liés au décalage horaire.

    Lire aussi:

    Au moins deux morts après un atterrissage en urgence en Russie (vidéo)
    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Tags:
    jeunesse, médicaments, âge, vieillissement, science, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik