Sci-tech
URL courte
1231
S'abonner

Après avoir analysé les effets du diclofénac, des scientifiques affirment avoir établi un lien entre la consommation de ce type d’antidouleur et le risque de maladies cardio-vasculaires.

L'antidouleur diclofénac serait susceptible d'augmenter de moitié le risque de maladies létales. C'est du moins ce qu'affirme un groupe de chercheurs danois dans une étude publiée sur le site de la revue médicale The British Medical Journal.

L'étude des effets de l'anti-inflammatoire a été menée auprès de 6,3 millions de Danois âgés entre 46 et 49 ans. Le public a été divisé en trois groupes selon le risque de maladies cardio-vasculaires.

Lors des travaux, les chercheurs ont établi un lien entre la prise de diclofénac et les maladies cardio-vasculaires, dont l'arythmie, l'ictus ischémique et la crise cardiaque. Qui plus est, certaines complications ont été observées dès le premier mois de consommation du médicament.

Le diclofénac appartient à la classe des médicaments appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS. Largement prescrit, il sert à calmer les douleurs articulaires.

Lire aussi:

Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
«Si Sarkozy soutient Macron pour 2022, il ne faudra pas se demander à qui Marine Le Pen doit son élection», dit Buisson
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Projet d'attentat d'un groupe néonazi: trois suspects mis en examen et écroués
Tags:
antidouleur, médicaments, médecine, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook