Sci-tech
URL courte
437
S'abonner

Après la mystérieuse ombre à forme humaine découverte sur la face visible de la Lune, le satellite de la Terre continue de susciter un vif intérêt de la part de la science. Cette fois, ce sont les fameux tourbillons lunaires qui ont la cote, les origines de ce phénomène semblant enfin avoir été découvertes par des scientifiques américains.

Des spécialistes américains de l'Université Rutgers ont découvert comment étaient apparus les mystérieux «tourbillons» formant différents dessins sur la surface lunaire. Jusqu'à présent, leur origine était inconnue…

Ces «tourbillons lunaires» apparaissent dans des zones où le champ magnétique est très fort. Néanmoins, la Lune n'en génère pas un puisqu'elle n'a pas de noyau, indispensable pour en assurer sa production régulière.

Chaque tourbillon apparaissant sur Lune est donc une anomalie magnétique, mais tous les tourbillons ne sont pas capables de produire des dessins.

Comme l'indique le portail Science Alert, le secret réside dans les sources du champ magnétique: des canaux de lave qui se sont formés à la surface lunaire suite à des éruptions volcaniques il y a environ trois milliards d'années. En se réchauffant jusqu'à 600º Celsius, suivi d'un refroidissement et d'une absence d'oxygène, les dépôts lunaires ont ainsi acquis des caractéristiques magnétiques, la température contribuant à la destruction du minéral et à la libération de fer.

C'est ainsi que les tourbillons lunaires sont nés, formant ces différents dessins qui captivent les observateurs du ciel.

Lire aussi:

Covid en France: le nombre journalier de contaminations et de décès en légère baisse
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
L’Allemagne «préoccupée» par le sort de la société civile en Russie: Moscou répond
Tags:
mystère, chercheurs, science, secret, dessin, Lune
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook