Sci-tech
URL courte
5216
S'abonner

La République tchèque a enregistré un cas de fièvre du Nil occidental sur son territoire, une première depuis 2013. Un homme, contaminé en Grèce, a été hospitalisée à Prague. Cette maladie peut avoir des complications neurologiques pouvant d’entraîner la mort. Une épidémiologiste tchèque a commenté la situation pour Sputnik.

Comme le parasite du paludisme ou le virus de la dengue, celui du Nil occidental est transmis par les moustiques. Par le passé, on n'avait enregistré en République tchèque que quelques cas isolés de fièvre du Nil. Toutes les personnes contaminées, y compris l'homme qui est tombé malade cette année, ont été infectées à l'étranger, a indiqué à Sputnik Hana Orlíková, du Centre d'épidémiologie et de microbiologie de Prague.

«Les patients présentant un déficit immunitaire et les personnes âgées sont en règle générale les plus vulnérables», a souligné l'interlocutrice de l'agence.

Si la forme humaine de la fièvre du Nil occidental s'apparente parfois à un état grippal, avec température, maux de tête et douleurs musculaires, dans certains cas, des complications neurologiques peuvent survenir et entraîner la mort.

Les personnes à risque sont appelées à utiliser des répulsifs. La maladie a une période d'incubation de 14 jours au bout desquels le sujet infecté commence à ressentir les symptômes. Aucun vaccin ou traitement n'est connu à l'heure actuelle.

À ce jour, la fièvre du Nil occidental se répand largement dans les pays de l'Union européenne, et parmi les pays les plus touchés, on citera la Hongrie, l'Italie, la Grèce et la Roumanie.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
La police marocaine attaquée en tentant d’arrêter un trafiquant présumé, 20 kg d’or saisis - photos
Tags:
moustiques, vaccin, traitement, Sputnik, Hana Orlíková, République tchèque, Prague, Europe, Grèce, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook