Ecoutez Radio Sputnik
    pulsar

    Un «impossible» objet spatial découvert

    © AP Photo / NASA, JPL-Caltech
    Sci-tech
    URL courte
    3163

    En utilisant un nouveau type de radiotélescope, un groupe international de chercheurs a découvert le pulsar tournant le plus lentement parmi tous ceux à avoir jamais été observés. Cette découverte a intrigué la science qui, par le passé, avait des doutes sur l’existence de ce type d’objets stellaires.

    Un groupe international de chercheurs dirigé par Chia Min Tan du Centre d'astrophysique Jodrell Bank à Manchester, en Angleterre, a annoncé dans un article publié sur arXiv.org qu'ils avaient découvert le pulsar le plus lent jamais détecté, ce dernier mettant 23,5 secondes par faire un tour.

    L'un des instruments les plus souvent utilisés pour découvrir ces objets célestes est le radiotélescope extrêmement puissant Arecibo. Néanmoins, découvrir des pulsars lents est une chose particulièrement difficile à cause de la présence d'un bruit causé par les basses fréquences.

    Ce pulsar qui a reçu le nom de PSR J0250+5854 a été repéré à l'aide du système LOFAR (LOw Frequency ARray) qui représente un ensemble de 50.000 antennes regroupées dans 48 stations réparties dans cinq pays européens.

    D'autres observatoires au sol, dont le télescope Green Bank, le télescope Lovell et le télescope Nancay, ont par la suite pu vérifier l'existence du pulsar.

    «Nous avons par la suite détecté les pulsations du pulsar dans les images interférométriques du Sky Survey de deux mètres de LOFAR, permettant une localisation sous la seconde», relatent les astronomes.

    Ce pulsar est situé à quelque 5.200 années-lumière de la Terre.

    Lire aussi:

    Trois mystérieux pulsars repérés par le télescope géant chinois
    La vie serait possible sur des planètes à proximité d’étoiles mortes, selon des astronomes
    Les astronomes révèlent comment les planètes se forment près des étoiles mortes
    Tags:
    découverte, science, espace, pulsar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik